No 2

Bordier, Frédéric

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 26.10.1786 à Môtiers (NE), décès 26.3.1865 à Genève, prot., de Genève. Fils de Léonard, émigré au Val-de-Travers après la défaite des Représentants en 1782, et de Jeanne Soret. ∞ Nancy (Anne) Roman[d], fille de Gaspard. Revenu à Genève, B. est négociant. Député au Conseil représentatif (1819-1828, 1831-1833), à la Constituante (1841-1842), au Grand Conseil (1842-1852), membre du gouvernement provisoire (1846-1847), conseiller d'Etat (1847-1851). Libéral, il s'oppose à James Fazy, démissionne du Conseil d'Etat puis refuse une réélection. Secrétaire en 1833 de la Société patriotique favorable à la révision du Pacte fédéral, membre de l'Association du Trois Mars (1841), ce qui lui vaudra d'être boycotté par sa clientèle conservatrice et de faire faillite, âme de l'Association démocratique (1851) dirigée contre Fazy et fondateur du journal La Démocratie genevoise (1852), B. défendit aussi ses idées dans plusieurs libelles et rédigea des brochures sur l'organisation militaire de la Suisse. Colonel de la milice.


Fonds d'archives
– Recueil Le Fort, BPUG
Bibliographie
Journal de Genève, 28.3.1865
– [A.-L. Pons], Frédéric Bordier, le franc démocrate et patriote genevois, 1865

Auteur(e): Jean de Senarclens