Reiden (commune)

Commune LU, district et cercle électoral de Willisau. Elle comprend R. et le hameau de Reidermoos, ainsi que Langnau bei Reiden et Richenthal depuis 2006. 1168 Reiden. 230 hab. env. en 1456, 950 env. en 1695, 1115 en 1798, 1685 en 1850, 1437 en 1888, 1670 en 1900, 2506 en 1950, 4090 en 2000. Vestiges d'une motte médiévale près de Sertel et d'une colonie de défrichement à Äbnet, attestée avec la basse justice (Twing) aux XIIIe et XIVe s. R. fut un poste de péage habsbourgeois (mentionné seulement en 1238-1239), réhabilité par Lucerne en 1612. En 1407, R. échut avec le comté de Willisau à Lucerne, qui avait progressivement pris le contrôle de la commanderie des chevaliers de Saint-Jean au bas Moyen Age. La basse justice de R. dépendait pour moitié de la commanderie, pour moitié des seigneurs de Büttikon et, dès 1421, de Lucerne. Le tribunal de district siégea à R. de 1803 à 1913. L'église paroissiale Saint-Barthélemy, dite église inférieure, mentionnée en 1173, fut transformée en 1644-1662 et reconstruite en 1793-1795. L'église supérieure était celle des chevaliers de Saint-Jean. La paroisse englobait Wikon et, jusqu'en 1972, Mehlsecken ainsi qu'une partie de Langnau. La paroisse réformée fut érigée en 1918 (église en 1937). Un moulin est attesté au XIIIe s., une forge en 1233, une auberge en 1391. Un maître d'école est mentionné en 1636; deux communes scolaires furent instituées en 1798. Autour de 1700, le moulin d'Unterwasser était le plus riche du canton de Lucerne. R. fut desservi par la ligne du Central-Suisse à partir de 1856, et par l'autoroute A2 en 1981, ce qui favorisa l'essor de l'industrie. La commune vit s'implanter deux entreprises textiles au XIXe s., la filature et retorderie Lang & Co. (1867), des fabriques de machines (apr. 1900), une fabrique de chaussures (1947-1985), des entreprises spécialisées dans les machines, les accessoires et les emballages dans les années 1970-1980 et, en 1991, un centre de formation professionnelle pour la photographie. En 2000, 64% de la population active travaillait en dehors de la commune, principalement à Zofingue. En 2005, le secteur secondaire offrait environ 46% des emplois.


Bibliographie
MAH LU, 5, 1959, 180-195
– F. Glauser, J.J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977, surtout 162-163
– J. Grossmann, Chronik der Pfarrei und Kommende Reiden, 1980
– A. Bickel, Willisau, 1982

Auteur(e): Waltraud Hörsch / VW