21/01/2010 | communication | PDF | imprimer

Pfaffnau

Comm. LU, distr. de Willisau, dans un paysage de collines à la limite nord-ouest des cantons d'Argovie et de Berne, comprenant P., ainsi que les fermes et hameaux de Burg, Buttenried, Murhof, Nuttele, Sagen, Schuelerslehn et Sankt Urban (Saint-Urbain). 924 Fafanhaa/Fafana, 1173 Phafena. Env. 90 hab. en 1456, 996 vers 1695, 1885 en 1850, 1954 en 1900, 2523 en 1950, 2390 en 2000.

Au XIIe s., le chapitre de Beromünster et le couvent d'Engelberg avaient des biens à P. En 1272, les possessions et les droits des seigneurs de Pfaffnach, puis en 1349 leur château avec la ferme qui en dépendait (deux sites, Burg et Sattel, ont été localisés au sud-est du village), passèrent au couvent de Saint-Urbain, dont l'avouerie fut cédée en 1407 avec P. et le comté habsbourgeois de Willisau à la ville de Lucerne. En 1579, celle-ci confia la basse justice au couvent de Saint-Urbain. Le droit de patronage fut probablement exercé par les Pfaffnach et divers autres détenteurs avant d'être incorporé en 1428 à Saint-Urbain et de passer en 1848 au canton de Lucerne après la suppression du couvent. La paroisse comprenait Roggliswil ainsi que Balzenwil jusqu'à la Réforme. L'église paroissiale Saint-Vincent, mentionnée en 1275, fut reconstruite en 1665-1670 et en 1810-1813 après l'incendie de 1807. L'imposante cure fut édifiée par Saint-Urbain en 1764-1765, l'école bâtie dans le cadre de la réforme scolaire du couvent en 1782. P. fut attribué au district d'Altishofen (1798-1803), puis à celui de Willisau (1803-1814) et forma avec Saint-Urbain un tribunal communal avant d'être rattaché (1814) au tribunal de district de Reiden. En 1814, Saint-Urbain fut intégré à la circonscription fiscale (Steuerbrief) de P. Station thermale au XIXe s., P. vivait de la culture des terres assolées et des prairies inondables. Au début du XXIe s., l'élevage, l'industrie laitière et l'engraissement des porcs prédominent à côté de l'industrie du bois et du bâtiment. P. est un centre de distribution de produits biologiques. Le principal employeur est la clinique psychiatrique de Saint-Urbain, créée en 1873. En 2005, le secteur primaire représentait 15% des emplois et le tertiaire 69%.


Bibliographie
– F. Glauser, J.J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977
– H. Wicki, Bevölkerung und Wirtschaft des Kantons Luzern, 1979
HS, III/3, 376-424
– A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996
– H. Bossard-Borner, Im Bann der Revolution, 1998

Auteur(e): Waltraud Hörsch / FP