Ohmstal

Ancienne commune LU, district et cercle électoral de Willisau, depuis 2013 partie de la commune de Schötz. Sur la rive gauche du Lutherntal inférieur. Vers 1150 Omistal, XVe-XVIIe s. aussi Amanstal. 233 hab. en 1798, 416 en 1850, 283 en 1900, 297 en 1950, 317 en 2000. Appelée également O.-Niederwil jusqu'au XXe s., la commune naquit en 1819 de la réunion de la circonscription fiscale (Steuerbrief) d'O. (créée en 1803), située dans une zone de collines - selon une tradition du XVIIe s., il s'agirait à l'origine d'un domaine (Meierhof) devenu ensuite une région d'habitat dispersé -, et de Niederwil, dans la plaine de la Luthern, partie de la juridiction d'Ettiswil. O. fut soumis à l'assolement triennal au moins jusqu'en 1606 (enclosures). L'abbaye de Muri y était possessionnée vers 1150, celle d'Einsiedeln détenait la dîme et quelques biens vers 1330. Dès le bas Moyen Age, les domaines d'O. eurent les mêmes propriétaires que Zell et, en partie, que Schötz, passant aux seigneurs de Büttikon (fin XIIIe s.), puis à Lucerne (1421), aux Herbort (dès 1424), à Ulrich Heinserlin (vers 1600), à Ludwig Schumacher (1628) et à la seigneurie de Wyher (1664). Pour la justice, O. dépendit du tribunal de Willisau. Sous l'Helvétique (1798-1803), O. fit partie de la municipalité de Schötz. Niederwil appartint dès 1303 environ jusqu'à 1798 à la seigneurie de Kasteln. Au spirituel, O. releva de la paroisse d'Ettiswil jusqu'en 1866, depuis lors de Schötz, quelques fermes de Gettnau et de Zell. O. est resté agricole. Niederwil abrite un couvoir de poussins d'engraissement depuis 1967. Des ermites vécurent au-dessus de Niederwil de 1841 à 1883, une maison de cure exista de 1903 à 1914.


Bibliographie
MAH LU, 5, 1959, 162
– J. Zihlmann, «Ohmstaler Hof- und Flurnamen», in Heimatkunde des Wiggertales, 32, 1974, 9-27
– F. Glauser, J.J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977
– A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996

Auteur(e): Waltraud Hörsch / EVU