Saxe

Ancien duché et électorat allemand, royaume de 1806 à 1918 (intégré dans l'Empire allemand en 1871), Freistaat ("Etat libre") de 1918 à 1933 et de 1945 à 1952, Land allemand depuis 1990. Grâce à ses ressources minières (fer, argent, lignite), la S. fut dès le Moyen Age l'une des régions les plus riches d'Allemagne. La ville de Leipzig, en pleine expansion au XVIe s., contrôlait une grande partie du commerce vers l'Europe de l'Est. Des marchands saint-gallois s'y établirent dès le milieu du XVe s.; des maisons suisses y échangeaient des textiles surtout destinés à la Pologne et à la Scandinavie contre des produits saxons (principalement de la laine, parfois de l'argent et de l'étain) qu'ils écoulaient en France et en Italie. Du XVIe s. jusqu'en 1770 environ, de grandes quantités de laine et de drap furent importées en Suisse depuis la S. Au XVIIIe s., la concurrence entre les industries textiles suisses et saxonnes s'accrut. En 1746, comme la S. rencontrait des difficultés financières après avoir dû payer des contributions à la Prusse, Berne lui prêta des capitaux, afin notamment d'assurer la tenue des foires de Leipzig, ce qui montre l'importance de l'économie saxonne pour les Confédérés. Chemnitz, ville industrielle florissante au XIXe s., forma jusque dans les années 1930 des techniciens suisses en textiles. Les diplômés de l'académie des mines de Freiberg encouragèrent l'extraction du sel en Suisse. En 2007, près de 120 entreprises suisses étaient établies en S. Au début du XXIe s., les contacts professionnels entre des centres de formation suisses et saxons étaient nombreux. La puissance économique de la S. se refléta dans sa vie culturelle, qui attira des Suisses, comme le peintre Anton Graff, de Winterthour. Celui-ci devint le portraitiste de la cour de Dresde durant le dernier tiers du XVIIIe s.; on lui doit le terme de Suisse saxonne pour désigner le massif de l'Elbsandsteingebirge. En sens inverse, la Suisse bénéficia des impulsions données par les réfugiés politiques saxons qu'elle accueillit après la révolution de 1848-1849, tels Gottfried Semper et Richard Wagner. Un grand nombre d'éditeurs suisses sont représentés à la foire annuelle du livre de Leipzig.


Bibliographie
– F. Lendenmann, Schweizer Handelsleute in Leipzig, 1978
– R. Gross, B. Förster, «Politische Emigration aus Sachsen in die Schweiz 1848-1862», in ES, 25, 1999, 111-144
Die Schweiz und Sachsen in der Geschichte, 2004

Auteur(e): Karin Marti-Weissenbach / RHD