Baar (D)

Région d'Allemagne, sur le haut Danube. A l'époque carolingienne, il se forma autour de Neudingen un district administratif du domaine royal franc, qui prit le nom de B., mot de sens obscur. A la fin du VIIe s., on avait désigné tout ou partie de ce territoire d'après le nom du comte régnant (par exemple en 763 Adalhartsbaar, Bertholdsbaar). Le domaine royal est documenté en de nombreux endroits. Une part en revint aux couvents de Saint-Gall et de Reichenau qui, en y joignant des donations de la noblesse, acquirent dans la B. un vaste domaine, mais morcelé et dont ils ne purent tirer un poids politique accru. Peu à peu les Zähringen, successeurs des seigneurs de la Bertholdsbaar, accumulèrent des terres et des droits dans le pays; ils construisirent en 1175 au-dessus de Neudingen le château fort de Fürstenberg. A leur extinction en 1218, la B. passa aux comtes de Fribourg[-en-Brisgau]-Urach et en 1248, après un partage, au comte Henri, dit de Fürstenberg dès 1250. Le tribunal d'Ensisheim (Alsace) confirma les droits régaliens en 1282; en 1283, Rodolphe de Habsbourg remit au comte Henri de Fürstenberg, en fief d'Empire, la B. désormais considérée comme un landgraviat indivisible. Les Fürstenberg unifièrent en 1318 les droits seigneuriaux dans la B. et la conservèrent sous leur haute juridiction jusqu'au XVIIIe s. La B. revint au grand-duché de Bade en 1806. Certains Schaffhousois, voisins immédiats de la B., voulaient porter leurs causes devant le tribunal d'Empire qui s'y était développé au XIVe s. Bien que les compétences eussent été délimitées en 1397, elles firent l'objet de conflits incessants entre Schaffhouse et la B. jusqu'au XVIe s., puis le tribunal d'Empire déclina en simple tribunal du comté de Fürstenberg, où une plainte contre un Confédéré n'était plus recevable.


Bibliographie
– W. Müller, éd., Villingen und die Westbaar, 1972
– G. Reichelt, Die Baar, 1974
LexMA, 1, 1319
Das Land Baden-Württemberg, 6, 1982
– M. Borgolte, Geschichte der Grafschaften Alemanniens in fränkischer Zeit, 1984

Auteur(e): Gerhard Taddey / PM