25/06/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Alberswil

Comm. LU, distr. de Willisau. Village-rue sur le bord ouest de la plaine marécageuse de Wauwil. La commune, dont font aussi partie les châteaux de Kasteln et le hameau de Burgrain, est rattachée à la paroisse d'Ettiswil. Vers 1220 Alberswile. Env. 198 hab. vers 1695, 279 en 1798, 397 en 1816, 429 en 1850, 439 en 1900, 403 en 1950, 523 en 2000. La seigneurie (Twing) d'A. partagea depuis le XIVe s. jusqu'à la fin de l'Ancien Régime le sort de celle de Kasteln. Au sud d'A. se trouve le hameau de Burgrain avec la chapelle Saint-Blaise, perchée sur sa colline. Cette chapelle, citée pour la première fois vers 1306 (gotzhus ze Burgrein), est probablement une fondation des Lenzbourg-Kibourg, propriétaires de Kasteln. Le patronage fut vendu en 1330 par le couvent de Disentis à Königsfelden et passa par échange à Ägidius de Rubiswil en 1333. Il appartint dès 1340 aux barons de Grünenberg, de même que les droits seigneuriaux, qu'ils semblent avoir revendiqués dès le début du XIIIe s. En 1384, ils cédèrent l'église, dite alors paroissiale, au couvent de Saint-Urbain, qui la fera reconstruire comme chapelle de pèlerinage en 1682. La présence d'un moulin et d'un pilon à A. est attestée dès 1306. Au XVIIe/XVIIIe s., on construisit un plus grand moulin; électrifié au XIXe s., il aura une importance suprarégionale, jusqu'à son transfert à Malters en 1882. On trouve dès le XVe s. un moulin à Burgrain qui sera aménagé en 1897-1898 en centrale électrique par la tuilerie de Gettnau; sur le domaine qui en dépendait, on construisit l'hospice des pauvres puis asile des bourgeois d'A. et d'Ettiswil (1873-1962), dont les coûts menèrent A. en 1884 à la faillite et presque à la dissolution. La commune fut mise sous régie de 1888 à 1898. L'école d'agriculture de Willisau prit à ferme en 1962 le domaine de Burgrain qui abrite depuis 1974 le Musée suisse de l'agriculture. En 1990 l'agriculture fournissait 46% des emplois et restait donc l'activité principale; elle était suivie par les secteur tertiaire (37%), puis secondaire (17%); 62% des personnes actives d'A. travaillaient à l'extérieur.


Bibliographie
MAH LU, 5, 1959, 6-17
Heimatkunde des Wiggertales, 30, 1972, 47-59
– F. Glauser, J.-J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977, 128-129

Auteur(e): Waltraud Hörsch / AB