Schenkon

Comm. LU, distr. de Sursee, située sur la rive nord-ouest du lac de Sempach. La commune comprend le village de S., ainsi que les hameaux de Hofstetten, Tann et Zopfenberg. 1173 Scenchofen curtis, 1184-1190 Scainchon. Env. 290 hab. vers 1695, 671 en 1850, 572 en 1900, 686 en 1950, 701 en 1970, 1154 en 1980, 2104 en 2000. Stations du Néolithique et du Bronze sur la rive du lac, nécropole de l'âge du Fer, vestiges d'une villa. Le domaine de S. a probablement été donné au chapitre de Beromünster par les comtes de Lenzbourg vers 1035. Jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, la haute justice releva du Michelsamt. Au XIIIe s., la basse justice dépendait des seigneurs de S. et, après plusieurs détenteurs différents, passa à Sursee en 1480; la ville acquit en même temps le Rormoos, ainsi que d'importants droits d'eau et d'usage de la forêt. Dès 1556, la basse justice releva du bailli du Michelsamt (plus spécialement de l'Eiamt). Le château de S., mentionné dès 1302, fut détruit en 1386 lors de la guerre de Sempach. La partie nord-ouest de S. fit depuis toujours partie de la paroisse de Sursee, alors que le sud-est relevait de celle d'Oberkirch et ne fut rattaché à Sursee qu'en 1809. En 1819, S. devint commune lors du partage de la circonscription fiscale (Steuerbrief) d'Oberkirch et les frontières communales furent fixées entre 1819 et 1821. La chapelle, consacrée d'abord à saint Diepold (c'est-à-dire Théobald) en 1443, puis à saint Antoine de Padoue en 1693, était incorporée à la prébende de Saint-Jean de Sursee. En 1987, une chapelle, dédiée au Nom-de-Jésus, fut intégrée au nouveau centre communal. Le Conseil de Lucerne autorisa en 1562 un partage des forêts et l'enclosure des pâturages communaux. Vers 1730, un entrepreneur en coton était installé à S. (travail à domicile). La commune resta largement agricole (notamment culture du tabac et des asperges) jusque dans les années 1960. Les arrondissements scolaires de S. et de Tann existent depuis 1807; le second comprenait les fermes d'altitude de Gunzwil. En raison de l'ouverture de l'autoroute A2 en 1981, S. se transforma brusquement en commune résidentielle. En 2000, plus des trois quarts de la population active travaillaient à l'extérieur.


Bibliographie
MAH LU, 4, 1956, 359-362
– A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996

Auteur(e): Waltraud Hörsch / MBA