No 73

Müller, Guido

naissance 3.12.1875 à Boujean (auj. comm. Bienne), décès 22.11.1963 à Bienne, de Linn et Bienne. Fils de Jakob, cheminot, et de Maria Margeritha Biedermann. ∞ Anna Blaser, institutrice. Ecoles primaire et secondaire à Boujean, école des chemins de fer du technicum de Bienne (1891-1893), école de commerce à Lausanne (1900). Commis dans diverses compagnies ferroviaires (notamment celle du Nord-Est de 1893 à 1898), maître au technicum de Bienne (1908-1920). Etudes d'économie politique aux universités de Berne et Neuchâtel, doctorat. Président socialiste de Nidau (1918), chancelier de la ville de Bienne (1920-1921), puis maire (Travaux publics de 1921 à 1924, Finances de 1924 à 1947). Député au Grand Conseil bernois (1922-1925), conseiller national (1925-1943). Administrateur des Forces motrices bernoises et de la Caisse hypothécaire du canton de Berne, président du conseil de l'Ecole fédérale de sport de Macolin, cofondateur en 1919 de la Seeländer Volksstimme et président de son comité de rédaction.

Adepte d'un socialisme coopératif et communal teinté d'anarchisme, le jeune M. trouva sa voie dans la section biennoise du PS. Il marqua l'évolution de la "Bienne rouge" depuis la victoire de son parti aux élections communales de 1921 jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale. Après avoir rétabli les finances de la ville, il se fit connaître, durant la crise, par ses mesures de lutte contre le chômage (soutien à l'industrie horlogère, accueil d'une usine de montage de General Motors). En réorganisant l'administration communale et en menant une politique visionnaire (affectation des sols, construction de logements, affaires sociales), il modela la Bienne moderne. Lors de la préparation du nouveau programme du PS (1935), il prôna la participation au Conseil fédéral et le ralliement à la défense nationale; il entra ainsi en conflit avec l'aile gauche du parti (à Bienne avec les amis de Paul Fell). Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il critiqua au Conseil national la politique officielle à l'égard des réfugiés. Dans les milieux bourgeois, on reconnaissait son aptitude au compromis. Auteur de nombreux articles. Prix artistique et littéraire de la Ville de Bienne (1945), bourgeois d'honneur (1947).


Oeuvres
Aus meinem Leben und dem einer Stadt, 1963
– K. Müller, éd., Erinnerungen, Reden, Schriften, 1970
Bibliographie
Nouvelles ann. biennoises, 1963, 94-100, 119-120
– R. Dahler, Personalbibliographie von Guido Müller, 1985
– T. Kästli, Das Rote Biel 1919-1939, 1988

Auteur(e): Peter Stettler / PM