No 2

Giroud, Emile

naissance 9.12.1896 au Locle, décès 16.3.1963 à Moutier, de Grandevent et du Locle. Fils de Jules Emile, horloger, et de Bertha Elisa Blanc. ∞ 1) 1918 Léa Georgine Liechti, 2) 1926 Angèle Miche. Ecole primaire au Locle (1903-1910), apprentissage de boîtier (1910-1913). Secrétaire de la section du Locle de la Fédération des travailleurs de la métallurgie et de l'horlogerie en 1916, secrétaire central FTMH en 1930, vice-président et rédacteur de son organe romand La lutte syndicale dès 1934. Membre de la Jeunesse socialiste de la Suisse romande (1913-1919), conseiller communal (exécutif) du Locle (1918-1930), député au Grand Conseil neuchâtelois (1926-1930), puis bernois (1934-1946 et 1952-1956), président du PS jurassien (1945-1956), conseiller national bernois (1943-1951 et 1955-1963). Collaborant au Comité de Moutier, G. lutta pour réduire les tensions entre le Jura bernois et l'ancienne partie du canton. Au sein du mouvement syndical suisse, il fut le partisan de solutions négociées entre partenaires sociaux, dans l'esprit de la paix du travail, conclue en 1937 dans la métallurgie et l'horlogerie. Pionnier de la lutte pour le regroupement des ouvriers par profession et les conventions collectives de travail, G. faisait figure d'expert des questions d'assurances sociales au Conseil national.


Bibliographie
FAL, 6.2.1956
Berner Tagblatt, 8.12.1956
La Suisse, 17 et 18.3.1963
Berner Tagwacht, 19.3.1963
Schweizerische Metall- und Uhrenarbeiter-Zeitung, 20 et 27.3.1963
– F. Kohler, Le Parti socialiste et la question jurassienne, 1947-1974, 1979, 278-279

Auteur(e): Peter Stettler / AN