No 1

Ehrler, André

naissance 23.1.1900 à Plainpalais (auj. comm. Genève), décès 1.4.1949 à Carouge (GE), de Küssnacht am Rigi, naturalisé genevois en 1919. Fils d'Albert et de Cécile Clément. ∞ Fernande Contat. Maturité pédagogique, instituteur. E. collabore au journal Le Travail où il remplace Léon Nicole après le 9 novembre 1932. Il est suspendu de sa fonction d'instituteur. Il devient président du parti socialiste genevois, conseiller national de 1933 à 1935, conseiller d'Etat à la tête du Département de l'hygiène, de l'assistance et des assurances sociales de 1933 à 1936. Revenu à l'enseignement, E. sera à nouveau sanctionné pour son activité politique. Il est déclaré inéligible en 1941. Membre fondateur du parti du travail en 1944, rédacteur à La Voix Ouvrière. Conseiller municipal (législatif) à Carouge en 1947. Passionné de cinéma et de danse, attaché à une liberté d'expression basée sur des critères esthétiques, E. a notamment participé dès 1929 aux "Amis du film nouveau" et publié dans la presse de remarquables critiques artistiques.


Fonds d'archives
– Fonds, AEG
Bibliographie
– R. Cosandey, «Cinéma», in 19-39, La Suisse romande entre les deux guerres, 1986, 241-243
– L. Asséo, «André Ehrler (1900-1949)», in Hist. sociale et mouvement ouvrier 1848-1998, 1997, 223-228

Auteur(e): Charles Heimberg