11/07/2007 | communication | PDF | imprimer | 

Gisikon

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. LU, distr. de Luzern-Land, située dans la vallée de la Reuss, le long de la vieille route cantonale vers Zurich et le Freiamt. Vers 1270 Gisinkon. 111 hab. en 1798, 153 en 1850, 144 en 1900, 185 en 1950, 625 en 1990, 847 en 2000. A l'origine, G. et Honau (le village voisin), étaient sans doute des domaines libres. L'union juridictionnelle entre G. et Honau se transforma en circonscription de basse justice, incorporée probablement peu après 1300 dans le bailliage de Habsbourg. Il est possible qu'elle ait été un fief habsbourgeois. Ayant appartenu jusque vers 1365 aux seigneurs de Baldegg, le bailliage passa par les seigneurs de Hünenberg à la famille Hertenstein et en 1403 aux von Moos. La ville de Lucerne l'acheta en 1422. G. fut probablement soumise à la haute juridiction lucernoise dès 1406 (coutumier en 1423). La commune relève de la paroisse de Root et, depuis le XIXe s., fait partie du cercle scolaire primaire de Root. Le pont qui conduit au Freiamt était d'une grande importance stratégique et fit l'objet de nombreux combats. D'abord couvert, il fut fabriqué en bois en 1432 et refait dans les années 1480, en 1715 et en 1854, après sa destruction durant la guerre du Sonderbund. Depuis 1934, il est construit en béton. Entre 1432 et 1848, un poste de douane y était installé et il fallait s'acquitter d'un droit de taverne. Le trafic fluvial était lui aussi surveillé. Pour s'être engagés contre l'insurrection des paysans (1653), G. et Honau obtinrent des privilèges douaniers et fiscaux. Les deux villages qui, en 1798, faisaient partie séparément (deux municipalités) de l'administration communale de Root, élirent de 1814 à 1831 un amman commun, mais ils séparèrent en 1819 la gestion des orphelins. G. avait l'obligation d'entretenir les rives de la Reuss pour éviter les inondations. En 1805, la commune comptait un grand nombre de paysans aisés et un meunier, alors qu'au début du XXIe s. des entreprises de commerce et de service diversifiées marquent la vie économique. L'ouverture de l'autoroute A14 en 1986 amena de nombreux nouveaux résidents. Aussi les navetteurs sortants représentent-ils quelque quatre cinquièmes de la population active de G.


Bibliographie
– A.P. Segesser, Rechtsgeschichte der Stadt und Republik Luzern, 1, 1850-1858, 529-532
– K. Lütolf, Pfarrgeschichte von Root, 1908
MAH LU, 1, 1946, 297-299
– H. Wicki, Bevölkerung und Wirtschaft des Kantons Luzern im 18. Jahrhundert, 1979
– M. Körner, Luzerner Staatsfinanzen 1415-1798, 1981

Auteur(e): Waltraud Hörsch / WW