06/07/2004 | communication | PDF | imprimer | 

Dierikon

Comm. LU, distr. de Lucerne, dans le Rontal, sur l'axe Lucerne-Cham. 1270-1280 Dierinkon. Env. 50 hab. en 1456, env. 170 vers 1695, 194 en 1798, 366 en 1816, 304 en 1850, 304 en 1900, 359 en 1950, 387 en 1970, 1279 en 2000. Vers 1300, les haute et basse juridictions appartenaient aux Habsbourg (bailliage de Meienberg). Au milieu du XIVe s., D. fut attribué au bailliage habsbourgeois de Rothenburg, devenu lucernois en 1386/1394. La seigneurie (Twing) de D. est attestée en 1528. La commune (intégrée à celle de Root de 1798 à 1800) fut rattachée aux districts de Lucerne (1798-1803), de Hochdorf (1803-1814), puis de Lucerne. Au spirituel, D. a toujours fait partie de Root. La première chapelle connue fut construite en 1675, remplacée par un édifice néogothique en 1862 et complétée par une église en 1972. Le manoir de Götzental, de style rustique, fut bâti pour Jost Pfyffer l'année de sa mort (1584); la chapelle attenante est de 1662; il appartint à Vinzenz Rüttimann et constitue depuis 1919 un fidéicommis des Schwytzer von Buonas.

D. se situe en zone de rotation culturale et pratique l'élevage et l'économie laitière; les communaux furent partagés en 1592. Une auberge est citée en 1533. Le moulin (1548) servit de lieu de ralliement aux insurgés durant la seconde guerre de Villmergen. On exploita des carrières du XVIe/XVIIe s. au début du XXe. L'infrastructure villageoise se développa tardivement (école primaire en 1969). La commune, qui fait partie aujourd'hui de l'agglomération lucernoise, abrite depuis les années 1970 des entreprises industrielles et commerciales (électronique, centrale de distribution de la Coopérative Migros de Lucerne).


Bibliographie
MAH LU, 1, 1946, 240-247
Beiträge zur Heimatkunde des Kantons Luzern, 1, 1947, 53-55

Auteur(e): Waltraud Hörsch / AN