No 10

Aubert, Théodore

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 8.9.1878 à Genève, décès 19.1.1963 à Genève, prot., de Genève. Fils d'Henri, agent de change, et d'Hélène Isabelle Price; petit-fils de Jean-Louis ( -> 6). ∞ Anne Chauvet, fille d'Henri-Michel, banquier. Etudes de droit à Genève. Avocat. Délégué du Conseil fédéral puis du CICR en France et à Berlin (1917-1919). Membre fondateur des Unions civiques (1918) opposées aux grèves, dirigeant de l'Union de défense économique et député de ce parti au Grand Conseil genevois (1923-1925). Défenseur d'Arcadius Polounine lors de l'affaire Conradi en 1923 (procès à Lausanne), A. obtint l'acquittement des inculpés en faisant de sa plaidoirie le procès du bolchévisme. Fondateur et président, en 1924, de l'Entente internationale contre la IIIe Internationale, dite Ligue Aubert, il fut élu au Conseil national sous l'étiquette de l'Union nationale, mais considéré comme indépendant (1935-1939).


Oeuvres
L'affaire Conradi, 1924
Bibliographie
– D. Novik, Théodore Aubert et son œuvre, 1932

Auteur(e): Marie Bron