17/06/2014 | communication | PDF | imprimer | 

Bachs

Comm. ZH, distr. de Dielsdorf. Village, de part et d'autre du Fisibach, dont les deux centres sont appelés Altbachs et Neubachs depuis l'incendie de 1763. Peu avant 1100 Fusebach, Fuisipach, 1384 Obern Fisibach (Altbachs). 11 feux et 36 adultes en 1467, 391 hab. en 1634, 596 en 1836, 617 en 1850, 533 en 1900, 433 en 1950, 577 en 2000. La commune comprend aussi les domaines de Hodleten (mentionné en 1277) et de Mulflen (1428), les moulins de la Kellermühle (1150?) et de la Talmühle (avant 1535), le site de châteaux forts de Waldhausen et de Ruebisberg à la frontière argovienne, et l'abri sous roche de l'Erdmannliloch, habité et fortifié au Moyen Age. Premiers seigneurs fonciers, les comtes de Nimburg (dans le Brisgau) firent une donation au couvent d'Allerheiligen à Schaffhouse vers 1150. Parmi les propriétaires ecclésiastiques, citons Sainte-Agnès de Schaffhouse, le Grossmünster de Zurich et le couvent de Saint-Blaise (Forêt-Noire). La haute justice et une moitié de la basse justice relevaient de la seigneurie de Regensberg et passèrent en 1409 des Habsbourg à Zurich (bailliage de Regensberg). L'évêque de Constance détenait l'autre moitié de la basse justice. Les fermes de Ruebisberg et de Tal faisaient partie du bailliage du Neuamt. En 1798, B. fut attribué au district de Bülach. L'église de B., citée vers 1370, dépendait de celle de Steinmaur. Un nouvel édifice religieux fut construit en 1714 et un pasteur installé en 1730. La collation appartenait au Conseil de Zurich. Un coutumier en 1509 et un règlement d'accès à la bourgeoisie en 1590 témoignent du développement de la commune. L'utilisation des communaux entraîna des querelles entre paysans et Tauner au début du XVIIe s. L'inventaire des dommages dus à l'incendie de 1763 donne un aperçu de l'environnement matériel du monde rural. Vers 1790, seuls 5 à 10% des villageois étaient occupés dans l'industrie textile à domicile. Le remaniement parcellaire achevé en 1967 a eu pour conséquence une banalisation du paysage. En 1969, B. se vit imposer par le Conseil d'Etat un plan comprenant une réserve naturelle, une zone agricole et une zone à bâtir pour 1000 habitants environ. Le restaurant Neuhof de B. s'est doté en 1980 d'une exploitation agricole non conventionnelle. B. a préservé son caractère rural et le secteur primaire fournit 39% des emplois en 1990. Cependant 62% de la population active travaillent hors de la commune.


Bibliographie
– M. Leonhard, Bachs - aus der Geschichte eines Tales, 1995

Auteur(e): Martin Illi / IB