24/04/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Hohenrain (commune)

Comm. LU, distr. de Hochdorf, sur le versant ouest du Lindenberg, au-dessus du lac de Baldegg, comprenant les villages de H. et de Kleinwangen, l'ancienne comm. de Lieli (dès 2007), ainsi que plusieurs hameaux. 1182/1183 Hohenrein. 1228 hab. en 1798, 1741 en 1816, 2008 en 1850, 1685 en 1900, 2092 en 1950, 2240 en 2000.

Vestiges de villae du Bas-Empire à Ottenhusen, Ferren et Höchi près de Kleinwangen. C'est probablement une résidence des seigneurs de H.-Wangen, antérieure à 1200, qui fut donnée aux hospitaliers de Saint-Jean pour y fonder la commanderie de H. A partir du XIIIe s., celle-ci fut à la tête d'une seigneurie assez compacte, comprenant six ressorts ou Twinge (Kleinwangen, Günikon, Ferren, Unterebersol, Oberebersol et Ottenhusen; la liste ne comprend pas H. lui-même, qui n'était qu'un hameau avant 1900), subordonnés à un tribunal de basse juridiction siégeant à Urswil, puis à H. Des paysans libres sont mentionnés vers 1300. A la fin du XIVe s., Lucerne acquit la haute juridiction, avec la paroisse et le bailliage extérieur de Hochdorf. En 1798, les Twinge et H. donnèrent naissance à des communes, regroupées en 1803 dans la circonscription fiscale (équivalent d'une commune) de H., dont le territoire correspondait à celui de l'ancienne seigneurie.

L'église de la commanderie, bâtie à la fin du XIIe s. sur le site d'un sanctuaire carolingien, servait aussi de paroissiale. La paroisse ne comprenait que la commanderie et quelques fermes. Plus tard lui furent incorporés l'église Saint-Germain d'Altchile à Abtwil (Argovie) et vers 1269 les droits sur l'église de Kleinwangen. En 1806, Lucerne s'empara de la collation, qui fut remise à la paroisse en 1879. Günikon, où il exista un ermitage du XVIe au XVIIIe s., et Oberebersol furent détachés de la paroisse de Hochdorf et attribués à celle de H. en 1807-1812. Transformée dans le style baroque en 1694, ornée de stucs rococo en 1899-1900, reprise par le canton en 1956, l'église fut remplacée par un nouvel édifice en 1963-1965. La chapelle de pèlerinage d'Ottenhusen est dédié à saint Jean, dont elle abrite depuis le XIXe s. une tête datant du XVe. A l'époque moderne, la commune se divisait entre une zone de fermes isolées au sud et une zone comprenant plusieurs terroirs assolés, autour de noyaux villageois, au nord. Un partage forestier eut lieu en 1555 et un important mouvement d'enclosures en 1586 et 1587. La céréaliculture était complétée par les cultures fruitières et l'élevage (bovin et porcin); la vigne, disparue vers 1860, fut réintroduite en 1975. Des filatures (une de coton et une de soie) fonctionnèrent aux XVIIIe- XIXe s. Des moulins sont mentionnés à Günikon, Kleinwangen et Ferren. Oberebersol avait aux XVIIe-XVIIIe s. un teinturier (avec privilège) et commissionnaire en soies. Les artisans s'établirent surtout à Kleinwangen. Les bains d'Ibenmoos, mentionnés en 1472, furent désaffectés vers 1830. En 1833-1834, Josef Leu, d'Ebersol, les transforma en orphelinat et hospice des pauvres, puis le bâtiment servit d'école de 1852 à 1970. Les bains d'Augstholz, construits à la fin du XVIIIe s., furent exploités jusque vers 1860. Un maître d'école est attesté pour la première fois en 1776-1777. H. eut une école secondaire de 1947 à 1973. La commune, où le secteur primaire reste bien représenté (env. 110 exploitations en 2004), abrite depuis 1969 l'école cantonale d'agriculture et de mécanique (auj. centre de formation et de conseil agricoles).


Bibliographie
MAH LU, 6, 1963, 164-200
Festschrift 800 Jahre Hohenrain, 1182-1982, 1982
– P. Witschi, «Seidenspinnerei in Hohenrain», in Gfr., 138, 1985, 173-188
– A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996

Auteur(e): Waltraud Hörsch / LA