03/07/2007 | communication | PDF | imprimer

Gelfingen

Comm. LU, distr. de Hochdorf; village au pied du château fort de Heidegg, au bord du lac de Baldegg. 1045 Gelvingun. 381 hab. en 1678, 307 en 1798, 497 en 1850, 443 en 1900, 469 en 1950, 709 en 2000. Selon des documents de 1261 environ et de 1281, G. faisait partie du bailliage kibourgeois, puis habsbourgeois de Lenzbourg. Vers 1300, les Habsbourg ne détenaient que la haute juridiction sur G., qui appartint au bailliage de Richensee (Hitzkirch) après 1300, à Lucerne de 1415 à 1425, puis passa au bailliage commun des Freie Ämter et enfin au canton de Lucerne (1803). Depuis le bas Moyen Age, la basse juridiction relevait de la seigneurie de Heidegg, qui transforma les tribunaux des villages de G., Altwis, Mosen, Lieli et Sulz en un tribunal hebdomadaire siégeant à G. (1470). Depuis le bas Moyen Age, le village fait partie de la paroisse de Hitzkirch. Des droits de pêche sont mentionnés vers 1261 et des auberges (trafic de transit) depuis 1280. On cultiva la vigne et les arbres fruitiers jusqu'au XIXe s. (vignoble reconstitué dès 1952). On pratiqua le tissage du coton et de la soie aux XVIIIe et XIXe s., le tressage de la paille au XIXe. A cette époque, le moulin, exploité jusqu'en 1898, était le plus grand de tout l'ancien bailliage de Hitzkirch. Il existait en 1838 une Société de lecture et de théâtre. Un institut pour les pauvres et les orphelins des communes de Hitzkirch, Altwis, Schongau, Hämikon et Lieli fut fondé à Klotisberg en 1847. G. fut raccordé au chemin de fer du Seetal en 1883. Le village abrite le centre sportif de la Fédération catholique suisse de gymnastique féminine. En 2000, le secteur primaire offrait encore plus d'un quart des emplois.


Bibliographie
MAH LU, 6, 1963, 82

Auteur(e): Waltraud Hörsch / FS