16/02/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Emmen

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. LU, distr. de Hochdorf, au confluent de la Petite Emme et de la Reuss, comprenant les localités d'E. et de Rottertswil, ainsi que Gerliswil, Emmenweid et Emmenbaum qui forment aujourd'hui l'agglomération d'Emmenbrücke. 840 Emau. Env. 150 hab. en 1456, env. 550 vers 1695, 1330 en 1798, 1764 en 1850, 3162 en 1900, 11 065 en 1950, 22 040 en 1970, 26 885 en 2000.

Habitat romain à Rottertswil. Motte médiévale à la Weeri près de Waldibrücke. Une donation de cinq hommes libres d'E. au couvent de Lucerne (faite avant 768?) est confirmée en 840. E. était un domaine (Dinghof), avec mayor, cellérier et droit des tenanciers datant du XIVe s., appartenant au couvent de Lucerne, lequel dépendait de l'abbaye de Murbach. Les domaines de Rottertswil et de Gerliswil étaient les centres de seigneuries (Twing). Quelques fermes appartenaient aux barons de Rotenburg (qui avaient un gibet à Wolfisbüel) et d'Eschenbach, d'autres étaient des alleux. Les Habsbourg inféodèrent aux Rotenburg, jusqu'en 1285, l'avouerie sur le domaine d'E.; ils acquirent ce domaine en 1291 avec d'autres biens de Murbach, la mayorie devenant une basse juridiction dans leur mouvance. Relevant jusqu'en 1386 du bailliage habsbourgeois, puis lucernois (1386-1798) de Rothenburg, la seigneurie d'E. appartint aux sires de Tottikon de 1336 à 1404, puis à divers propriétaires, dont plusieurs familles patriciennes de Lucerne; elle revint aux Feer en 1531, à leur branche de Buttisholz en 1570; constituée en fidéicommis avec Rottertswil, elle fut léguée en 1775 aux Balthasar. E. fut attribué au district de Lucerne en 1798, puis, réuni à Gerliswil, à celui de Hochdorf en 1803. La campagne du Holzhof, où les Sonnenberg firent construire un petit château peu avant 1758, appartint à Philipp Anton von Segesser de 1846 à 1874. Le domaine de Herdschwand constitua de 1752 à 1919 un fidéicommis de la famille Schwytzer von Buonas.

La paroissiale Saint-Maurice (édifice actuel de 1828-1831, en style baroque tardif et néoclassique) fut sans doute fondée par le couvent de Lucerne. La collation, acquise en 1291 par les Habsbourg, qui la donnèrent en 1337 au couvent de Rathausen, revint au canton de Lucerne en 1848. La paroisse d'E. fut amputée en 1807 et 1812 de territoires remis à celles de Rothenburg et Neuenkirch. On compte trois autres églises catholiques, construites en 1912-1915 (paroissiale desservie par un vicaire), en 1956-1958 (pour la paroisse d'Emmenbrücke, autonome en 1958) et en 1971, ainsi que deux temples protestants. Dans la paroisse de Gerliswil, érigée en 1923, la chapelle d'Erlen abrite depuis 1680 environ une statue de sainte Affligée (aussi connue sous les noms de Libérate et Vilgeforte). Une école est mentionnée à plusieurs reprises au XVIIe s.

Jusqu'à la fin du XIXe s., E. était la principale localité de la commune. On pratiquait surtout l'exploitation individuelle avec alternance des cultures et de l'herbage ainsi que l'élevage des bovins (auquel s'est ajouté celui des porcs au XXe s.). Dès 1783, le curé Bernhard Leu lança une expérience d'enclosures sur les soles d'E. et de Rottertswil. Les aciéries Von Moos s'installèrent à Emmenweid en 1850-1853 et Viscosuisse (auj. SwissFlock, fibres chimiques) en 1906. En quelques années, E. devint l'une des premières communes industrielles du canton, abritant le plus gros site de production de la Suisse centrale. Il en résulta une forte immigration. Le village d'E., situé le long de la Reuss, conserva d'abord son caractère agricole, jusqu'à ce qu'il accueille la fabrique de couverts Sola en 1948, une entreprise de charpentes métalliques en 1962 (Josef Meyer dès 1975), une usine de l'Association laitière de Suisse centrale (Zentralschweizerischer Milchverband, membre du groupe Emmi) et le siège de la police cantonale du commerce. La centrale électrique de Rathausen, fondée par Von Moos en 1894 et entrée en activité en 1896 est aujourd'hui exploitée par les Forces motrices de Suisse centrale. A Emmenfeld, place d'exercice cantonale dès 1807, fut installé en 1938 l'Office fédéral des aérodromes militaires (en 2004 Exploitations Forces aériennes), avec la Fabrique fédérale d'avions (entrée dans le groupe Ruag en 2001), un aérodrome et une place d'armes. Une caserne des troupes de défense contre avions (1940-1941) et un parc des automobiles de l'armée (1950) furent aussi créés. La gare sur la ligne du Seetal fut inaugurée en 1883, celle de Rothenburg-Dorf en 1922. Ouverte en 1913, l'école professionnelle d'E. est spécialisée depuis 1933 dans les métiers de la métallurgie. En 2000, le secteur secondaire offrait environ 40% des emplois, le tertiaire plus de la moitié.


Bibliographie
– E. Weibel, Gemeinde Emmen, 1953
– J. Graf, Emmen, 1958
MAH LU, 6, 1963, 25-39
– F. Glauser, J.J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977
– A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996
In Bewegung. Geschichte der Gemeinde Emmen, 2004

Auteur(e): Waltraud Hörsch / PM