23/06/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Aesch (LU)

Comm. LU, distr. de Hochdorf, au bord du lac de Hallwil, sur la route Lucerne-Fahrwangen. Vers 1150 Esche, 1184/1190 Asce. 176 hab. en 1678 (Oberaesch seulement); 380 communiants en 1701 (paroisse d'A.), 584 hab. en 1798, 876 en 1837, 627 en 1888,639 en 1900, 642 en 1950, 563 en 1960, 950 en 2000. Des fouilles au Zielacher ont livré des vestiges néolithiques, celtes et romains, et mis au jour 33 tombes d'un cimetière de 600 apr. J.-C. env. C'est sans doute au XIIIe s. que les barons de Krenkingen, venus du sud de l'Allemagne, fondèrent sur leurs terres la petite paroisse d'A. Vers 1270, leurs droits parvinrent à la maison des chevaliers de Saint-Jean de Hohenrain. Le territoire d'A. passa en 1415 à Lucerne avec le bailliage de Richensee, en 1425 au bailliage commun des Freie Ämter, en 1803 au canton de Lucerne. L'église Sainte-Lucie, à l'origine sous le vocable de saint Jean-Baptiste, citée en 1232, fut reconstruite de 1791 à 1797. La Réforme a brièvement prévalu à A. de 1528 à 1532. Oberaesch, en amont de la route, qui faisait jusqu'alors partie de la paroisse de Hitzkirch, fut rattaché à la paroisse d'A. en 1807. Aux XVIIe et XVIIIe s., la viticulture s'est étendue aux dépens de l'agriculture, mais elle a reculé, puis disparu au XIXe s., au profit de l'arboriculture et de la production laitière. La pêche, dont les droits appartenaient aux seigneurs de Hallwyl, était pratiquée au sein d'une communauté des pêcheurs. L'industrie du tabac et celle de la paille se développèrent temporairement. Malgré l'établissement de petites entreprises industrielles depuis 1960, A. a gardé un caractère agricole et artisanal. Le secteur primaire offrait 27% des emplois en 1990 et le secondaire 43%.


Bibliographie
– F. Glauser, J.J. Siegrist, Die Luzerner Pfarreien und Landvogteien, 1977, 123-124
– J. Bill, «Archäologie im Kanton Luzern 1992», in JHGL, 11, 1993, 111-112

Auteur(e): Bruno Häfliger / IB