Thörigen

Comm. BE, distr. de Wangen, arrondissement administratif de Haute-Argovie, au pied des Buchsiberge, comprenant Oberdorf et Unterdorf, ainsi que les fermes d'Eigen et de Homberg. Vers 1270 Toerinen. 341 hab. en 1764, 718 en 1850, 650 en 1900, 688 en 1950, 965 en 2000. Vestiges néolithiques au Bühlacker et dans le vignoble d'Eigen, via regia du Moyen Age dans l'Altachental et fortifications médiévales comportant un système quintuple de murs en terre et de fossés au Mättenberg-Schlosshubel. Au spirituel, T. relève de Herzogenbuchsee. Dans le village, une chapelle dédiée à Saint Ulrich, mentionnée en 1303-1309, et dont le patronage ressortait au XVIe s. au prieuré de Wangen, fut désaffectée après la Réforme; T. obtint un poste de pasteur en 1954. La petite seigneurie appartenait pour moitié aux seigneurs locaux d'Aarbourg et pour un quart chacun aux Stein et aux Luternau. Elle fut rachetée progressivement par Berthoud (1429 et 1509-1510), qui attribua à son bailliage de Lotzwil la basse justice de T. (avec siège du tribunal, gibet et pilori), à laquelle furent intégrés Bettenhausen et, de 1566 à 1720, Inkwil. Ancien siège judiciaire de la juridiction (Landgericht) kibourgeoise, puis bernoise (dès 1406) de Murgenthal, T. releva pour la haute justice du bailliage bernois de Wangen. Village agricole, T. formait une communauté de vaine pâture avec Bettenhausen. Avec l'augmentation du nombre de Tauner au XVIIe s., un nouveau quartier se forma à Oberdorf. La commune connut dès les années 1960 un afflux d'entreprises, actives notamment dans la construction de véhicules et de machines, dans le bâtiment et le commerce; depuis lors, une ligne de bus relie le village à Herzogenbuchsee et Langenthal.


Bibliographie
– A.-M. Dubler, «Die Herrschaften der Stadt Burgdorf im Oberaargau», in Jahrbuch des Oberaargaus, 39, 1996, 105-130
– H. Schneeberger, Bauinventar der Gemeinde Thörigen, 2004

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / EVU