No 2

Moine, Virgile

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 4.3.1900 à Courroux, décès 31.12.1987 à Berne, cath., de Montignez. Fils de Jules Joseph, gendarme, et de Marie Lucie Joséphine Bregnard. ∞ Jeanne Hennet, fille de Léon, hôtelier. Scolarité à Tramelan et Moutier, gymnase et école normale à Porrentruy, études de lettres aux universités de Neuchâtel et Berne, brevet pour l'enseignement secondaire. Maître à Saignelégier (1923-1933), docteur ès lettres (1929), directeur de l'école normale de Porrentruy (1933-1948). Conseiller national radical (1943-1948). Conseiller d'Etat bernois (1948-1966, Justice, dès 1951 Instruction publique). Sous son mandat, la nouvelle loi sur les universités entra en vigueur (1954) et les sciences exactes connurent un essor général. M. représenta le Conseil fédéral à plusieurs reprises lors de conférences internationales des ministres de l'Education. Il fut la figure de proue du radicalisme jurassien des années 1950. Fidèle à Berne à une époque où la question jurassienne s'exacerbait à la suite de l'affaire Moeckli (1947), il s'attira la haine des séparatistes. Il fut pris à partie, avec le conseiller fédéral Paul Chaudet, lors de la manifestation des Rangiers de 1964 et pour son soutien à l'aménagement de la place d'armes de Bure. Auteur de nombreuses publications historiques et pédagogiques et de récits de voyages. Docteur honoris causa de la faculté des sciences de l'université de Berne (1966). Colonel EMG.


Fonds d'archives
– Fonds, AEB
Bibliographie
Der Bund, 28.11.1966; 4.3.1970; 4.3.1980; 4.1. et 6.1.1988
Le Démocrate, 4.1.1988
Le Pays, 4.1.1988
L'Etat-major, 8, 239

Auteur(e): Peter Stettler / DVU