Inkwil

Comm. BE, distr. de Wangen, comprenant le village d'I., Vorstatt et la gare. 1262 Inchwile. 154 hab. en 1764, 420 en 1850, 442 en 1900, 507 en 1950, 654 en 2000. Colonisée de bonne heure, la région du lac d'I. (île, marais) connut une continuité d'occupation du Néolithique jusqu'au Moyen Age. Après en avoir été les seigneurs fonciers et justiciers, les comtes de Kibourg la vendirent à la ville de Berthoud en 1402. Celle-ci soumit I. à l'administration de son bailli de Grasswil, qui présidait également la basse juridiction, jusqu'à ce que Berthoud la rattache à la juridiction de Thörigen (1566); dans tous les autres domaines, I. demeura dans le bailliage de Grasswil. Pour la haute justice, I., ancien siège de justice des Kibourg, faisant partie dès 1406 de la juridiction bernoise de Murgenthal, releva dès cette date du bailliage bernois de Wangen. Jérôme d'Erlach acquit la basse juridiction d'I. en 1720, puis la céda à la ville de Berne en 1721, qui la réunit à Bützberg. Au spirituel, I. a toujours relevé d'Herzogenbuchsee. Commune rurale, sur la ligne ferroviaire Herzogenbuchsee-Soleure (service de car depuis 1992), I. accueille une petite industrie (usine de produits métalliques, usine de machines de précision, fabrique de liqueurs jusqu'en 1950), tout en étant largement tournée vers les localités industrielles proches.


Bibliographie
Heimatbuch des Amtes Burgdorf und der Kirchgemeinde Utzenstorf und Bätterkinden, 2 vol., 1930-1938
– Th. Käppeli, V. Steingruber, Bauinventar der Gemeinde Inkwil, 2002

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / FS