No 2

Kasthofer, Karl Albrecht

naissance 26.10.1777 à Berne, décès 22.1.1853 à Berne, prot., de Berne. Fils de Gottlieb, procureur et administrateur de l'hôpital de l'Ile à Berne, et de Susanne Chaillet, de Neuchâtel et Morat. Frère de Gottlieb Rudolf ( -> 1) et de Rosette Niederer. ∞ 1809 Elisabeth von Graffenried, fille de Karl Friedrich. Etudes de sylviculture à Heidelberg et Göttingen. En 1806, K. devint inspecteur forestier de l'Oberland bernois à Unterseen, où il créa, à titre privé, une école forestière de montagne et d'économie alpestre, devenant ainsi un pionnier européen de l'exploitation forestière alpine et de la colonisation intérieure. Inspecteur forestier cantonal (1832) et professeur extraordinaire de sylviculture à l'université de Berne (1834-1846). Membre de la Constituante (1831), député au Grand Conseil bernois (1831-1837), conseiller d'Etat (1837-1843). Libéral, K. préconisa une politique d'asile généreuse, s'opposa à la suppression des couvents d'Argovie et fut favorable à la création d'un canton du Jura, ce qui, avec sa gestion controversée des affaires, contribua à sa chute. Harcelé par ses adversaires radicaux, il retrouva pourtant son siège au Grand Conseil (1843-1846). On lui doit des écrits politiques (Das schweizerische Bundesbüchli, 1833) et un grand nombre d'essais de sylviculture. Docteur honoris causa de l'université de Berne (1835).


Fonds d'archives
– Fonds, ETH-BIB
Bibliographie
– H. von Greyerz, Nation und Geschichte im bernischen Denken, 1953
Der Bund, 12.10.1975; 5.6.1993; 31.12.2003
– P. Bischofberger, B. Schmid, éd., Grosse Verwaltungsmänner der Schweiz, 1975
– A.E. Jaeggli, «Karl Kasthofers Manuskripte», in Journal forestier suisse, 126, 1975, 556-558
– W. Bosshard, éd., Wer Bäume pflanzt... der wird den Himmel gewinnen, 1977 (avec liste des œuvres et bibliogr.)
Oberländisches Volksblatt, 4.4.1992
– S. Brönnimann, «Verwildern unsere Alpen?», in Unipress, 1999, no 101, 17-19

Auteur(e): Christoph Zürcher / FP