• <b>Sumiswald (commune)</b><br>Kermesse à la Lüderenalp vers 1935. Photographie de  Carl Jost (Archives de l’Etat de Berne). Cette traditionnelle fête de lutte, avec danse et banquet, se tient chaque année, le deuxième dimanche d'août. Les plus anciens témoignages de la manifestation remontent à 1809. Une auberge de montagne avec salle de danse fut construite en 1890 sur cet alpage, situé à la limite entre la commune de Sumiswald et celle de Langnau im Emmental.

Sumiswald (commune)

Comm. BE, distr. de Trachselwald, arrondissement administratif de l'Emmental, comprenant les villages de S., Grünen et Wasen, les hameaux de Gammenthal et Griesbach, ainsi que des fermes isolées et une vaste zone d'alpages dans le Napf. Une correction de frontières eut lieu en 1888-1889 entre S., Rüegsau, Affoltern et Lützelflüh, par échange de fermes isolées. La répartition en quartiers (Dorf, Kleinegg, Schonegg et Hornbach), basée sur d'anciennes circonscriptions politiques et fiscales (impôt des pauvres), est tombée en désuétude dans les années 1960. 1225 Smoldeswalt. 3100 hab. en 1764, 5564 en 1850, 5353 en 1900, 5700 en 1950, 5307 en 2000.

La commune occupe un territoire de collines qui fut colonisé tardivement. On y trouve deux fortifications médiévales au Bärhegenknübeli, possessions de seigneurs indigènes inconnus, le site du château fort de Burgbühl, berceau probable des barons de S., et le château de l'ancienne commanderie (château de S. ou de Spittel). Ce territoire forma le noyau d'une baronnie puis, dès 1225, d'une commanderie de l'ordre teutonique. La haute justice relevait de la juridiction de Ranflüh et, dès 1408, du bailliage bernois de Trachselwald. Les gens de S. étaient encore, en 1431, des serfs de la commanderie attachés à la glèbe et soumis à un droit successoral particulier (1500). Ce statut les empêcha, en 1376, d'être reçus bourgeois forains de Berne. Passés indirectement sous souveraineté bernoise en 1408, ils refusèrent d'abord de s'affranchir, parce qu'une fois libres ils auraient été soumis au service militaire et à l'impôt; après 1525 néanmoins, le servage fut progressivement aboli.

Le patronage de l'église Notre-Dame, mentionnée en 1225, appartenait à la commanderie, qui fit construire une nouvelle église en 1510-1512. A la Réforme, la collation passa à Berne. En 1529, la commune se vit attribuer la gestion des biens affectés à l'entretien de l'église (nef et chœur). En 1599, elle créa un fonds pour l'école et les pauvres. Elle construisit un hospice en 1760. Wasen fut érigé en paroisse en 1878. L'église catholique Saint-Maurice fut bâtie à S. en 1973 et vendue en 2008 à l'Eglise libre.

Domaines et alpages furent d'abord affermés par la commanderie à des paysans sur la base de baux individuels; les premiers contrats connus relatifs à la propriété privée des alpages remontent à 1498. Pour l'exploitation, plusieurs propriétaires se regroupaient et confiaient la surveillance à un maître d'alpage. L'alpe de Lüderen, exploitée depuis 1498 en coopérative par le village de S. sur la base d'un contrat de tenure héréditaire, constitue une exception, les droits de vache y étant répartis entre les fermes. Au XVIe s., les défrichements furent intensifiés afin d'étendre la surface des alpages au profit de la production fromagère; les forêts de haute futaie durent être protégées dès 1572. Avant 1527 déjà, les pauvres exploitaient les berges de la rivière (Schachen); ainsi naquirent les colonies de Wasen et Ey (attestées en 1530 et 1539), tandis que Grünen était qualifié en 1572 de banlieue de S. et formait en 1783 un village de vingt-deux maisons. Il y avait de grandes différences sociales entre les riches paysans des quartiers de Dorf, Schonegg et Kleinegg et les pauvres artisans et journaliers des berges et des ravins qui, aux XVIIe et XVIIIe s., complétaient leurs revenus en filant et en tissant. Au XVIIIe s., S. devint un centre pour le commerce de fil et de drap, l'élevage des chevaux et l'exportation du fromage. Entre 1704 et 1741, ainsi qu'en 1774, le village demanda à cinq reprises un droit de foire, qui lui fut refusé à cause de l'opposition des marchés voisins. Il dut attendre 1801 pour que lui soit octroyé le droit à cinq foires annuelles.

En 1798, S. fut attribué au district de l'Unteremmental (avec rang de chef-lieu), en 1803 au bailliage, puis district de Trachselwald. Au XIXe s., les villages de S., Grünen et Wasen connurent un développement économique et démographique notable. L'industrie textile à domicile déclina, mais de nouvelles branches apparurent, comme la fabrication d'instruments de musique et de pendules. Une caisse d'épargne ouvrit en 1820 (Caisse d'épargne de district en 1906) et la Caisse d'épargne et de crédit de S. en 1859; en 2002, ces établissements fusionnèrent avec d'autres banques locales pour former la Bernerland Bank AG. La route carrossable de la vallée (1875) stimula le développement économique, de même que la ligne ferroviaire Ramsei-Huttwil (1908), avec son embranchement S.-Wasen (1915, désaffecté en 1994 pour le trafic voyageurs et en 2005 pour les marchandises). Au début du XXIe s., S. est un centre industriel et artisanal diversifié, surtout à S., Wasen et Grünen; le bilan des navetteurs est positif. Les agriculteurs se sont spécialisés dans l'élevage, l'industrie laitière (cinq fromageries) et la production de semences. La plupart des alpages sont exploités par des coopératives. Le village de S. abrite des institutions régionales comme l'école secondaire (une deuxième existe à Wasen) et un centre pour personnes âgées regroupant les établissements médicalisés de l'ancien hôpital de district (1878) et du château, ainsi qu'une maison de retraite (1984).

<b>Sumiswald (commune)</b><br>Kermesse à la Lüderenalp vers 1935. Photographie de  Carl Jost (Archives de l’Etat de Berne).<BR/>Cette traditionnelle fête de lutte, avec danse et banquet, se tient chaque année, le deuxième dimanche d'août. Les plus anciens témoignages de la manifestation remontent à 1809. Une auberge de montagne avec salle de danse fut construite en 1890 sur cet alpage, situé à la limite entre la commune de Sumiswald et celle de Langnau im Emmental.<BR/>
Kermesse à la Lüderenalp vers 1935. Photographie de Carl Jost (Archives de l’Etat de Berne).
(...)


Sources imprimées
SDS BE, II/8
Bibliographie
– F. Häusler, Das Emmental im Staate Bern bis 1798, 2 vol., 1958-1968
– F. Häusler, Die alten Dorfmärkte des Emmentals, 1986
– A.-M. Dubler, «Die Schachenleute im Emmental», in Burgdorfer Jahrbuch, 64, 1997, 9-54
– R. Hug, Bauinventar der Gemeinde Sumiswald, 2 vol., 1999
Sumiswald, 2006

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / FP