No 12

Herzog, Johannes (von Effingen)

naissance 17.1.1773 à Effingen, décès 21.12.1840 à Brugg, prot., d'Effingen, de Brugg (1797) et d'Aarau (1815). Fils de Jakob, travailleur à domicile et marchand de coton, et d'Elisabeth Hummel, de Scherz. ∞ 1789 Elisabeth Hartmann, fille d'un propriétaire de scierie, de Villnachern. Ecoles à Effingen et Brugg. H. apprit le français et les matières commerciales à Moudon. A partir de 1790 environ, il travailla dans l'entreprise de son père, puis, vers 1800, créa une filature de coton à Aarau. S'inspirant de la firme Escher,Wyss & Cie, à Zurich, il fut le premier fabricant argovien à mécaniser son entreprise, en 1810, à laquelle il ajouta un atelier de tissage mécanique en 1812.

Membre du comité révolutionnaire de Brugg, unitaire, H. fut membre du Grand Conseil helvétique (1798-1800) et commissaire auprès du commandement de l'armée française pendant la deuxième guerre de coalition (1799). Lors du coup d'Etat de 1800, il perdit son mandat politique au Grand Conseil, mais endossa la charge de préfet du canton d'Argovie sous le gouvernement fédéraliste; il dut y renoncer trois mois plus tard pour manque de subordination. Député du parti modéré unitaire au Grand Conseil argovien (1803-1840, président à treize reprises). Juge d'appel (1806-1807), membre du Petit Conseil (1807-1831, bourgmestre en exercice durant les années impaires de 1821 à 1831) en charge des affaires militaires et financières, délégué à la Diète, où il s'occupa surtout de questions relatives au commerce et aux transports. Lors de l'émeute de 1830 (Freiämtersturm), H. dut se retirer, en même temps que tout le gouvernement; un an plus tard il fut à nouveau élu au Grand Conseil et au gouvernement. Il renonça toutefois à ce dernier (cumul de mandat incompatible avec la nouvelle Constitution). Ayant souffert d'un manque de formation, il soutint divers projets éducatifs, dont la création de l'école cantonale. A l'origine de la transformation du bâtiment abritant le gouvernement et de la construction de celui abritant le Grand Conseil, H. favorisa aussi le développement des postes et des transports (introduction d'un courrier postal quotidien vers Berne, Zurich et Lucerne). Son action a marqué l'histoire politique et industrielle du canton d'Argovie naissant. Colonel.


Fonds d'archives
– Fonds, StAAG
Bibliographie
– E. Haller, «Johannes Herzog», in Lebensbilder aus dem Aargau, 1953, 49-60
BLAG, 350

Auteur(e): Andreas Steigmeier / UG