Längenbühl

Ancienne commune BE, district de Thoune, arrondissement administratif de Thoune, ayant fusionné en 2007 avec Forst pour former la commune de Forst-Längenbühl. La localité est située dans un paysage morainique entre les vallées de l'Aar et de la Gürbe. Le territoire communal comprenait le village de L. et le hameau de Dittligen, ainsi que les lacs de Dittligen et de Geist. 1493 Lengenbuel. 124 hab. en 1764, 264 en 1850, 243 en 1900, 272 en 1950, 346 en 2000. On a trouvé des pirogues monoxyles du Néolithique dans les lacs, une tombe à incinération du Bronze, avec céramique, à Cheer, un poignard à Schlupf, une tombe à inhumation de La Tène à Chlinismad, une fibule à Weiermatt et une couche d'incendie préhistorique à Leimeren. Vestiges d'une tour médiévale à la ferme Stumpf à Hattigen. Passé en 1380, avec les biens des seigneurs d'Uetendorf, à Johann von Zeinigen, bourgeois de Thoune, puis à l'hôpital de cette ville (dont la bourgeoisie possède encore des forêts à L.), le village fit partie de la basse juridiction d'Uetendorf, administrée par l'hospitalier de Thoune et subordonnée au XVIIIe s. au bailliage de Thoune. Dépendant, avec Uetendorf, de la juridiction de Seftigen pour les affaires militaires, L. fut attribué au district d'Oberseftigen en 1798, au bailliage de Thoune en 1803. Au spirituel, il relève d'Amsoldingen. L. abrite une école, gérée d'entente avec Forst. L'agriculture et l'artisanat prédominent, mais une part importante de la population exerce une activité principale ou accessoire hors de L., surtout à Thoune.


Bibliographie
– A.-M. Dubler, «Die Region Thun-Oberhofen auf ihrem Weg in den bernischen Staat (1384-1803)», in BZGH, 66, 2004

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / PM