Heiligenschwendi

Comm. BE, distr. de Thoune, sur une terrasse dominant la rive droite du lac de Thoune, entre 900 et 1125 m d'altitude, comprenant des hameaux dont les principaux sont le "Dörfli" de H., Schwendi (où se trouve la clinique) et Halten, ainsi que des fermes isolées. 1285 Helgeswendi. 315 hab. en 1764, 532 en 1850, 506 en 1900, 962 en 1920, 1159 en 1950, 646 en 1970, 707 en 2000.

Le territoire releva du bailliage extérieur kibourgeois, puis dès 1384 de la juridiction de Steffisburg dans le bailliage bernois de Thoune. Au spirituel, il fit toujours partie de Hilterfingen. Outre Hünibach (de l'autre côté du ruisseau), qui ne possédait ni communaux ni accès au lac (bien qu'il en fût proche) et qui devint par la suite un village de Tauner, il comprenait les communautés paysannes de H. (au-dessous de la forêt, nid dem Wald) et de Schwendi (au-dessus de la forêt, ob dem Wald). Celles-ci sont mentionnées pour la première fois en 1362, en même temps que leur association avec le village voisin de Teuffenthal pour l'exploitation des forêts et pâturages limitrophes. Dès la fin du Moyen Age, elles commencèrent à réglementer les droits d'usage de leurs communaux. En 1782, H. comptait 109 habitants, Schwendi 79 et Hünibach (qui avait sa propre école) 84. Si elles géraient ensemble une école à Neuschwendi, les deux premières restèrent des communes bourgeoises distinctes après la création de la commune politique de H.; le partage des biens eut lieu en 1867. Une chapelle fut érigée près de l'école en 1925, à la fois pour l'Eglise nationale et les méthodistes; un cimetière fut ajouté en 1929. Après la construction de la route du lac en 1884 et du tram Steffisburg-Interlaken en 1913, Hünibach devint un quartier résidentiel de l'agglomération de Thoune, de plus en plus tourné vers Hilterfingen. Les habitants y affluèrent (369 en 1950), les constructions s'y multiplièrent, les infrastructures s'y développèrent (bâtiment scolaire, canalisations, route). Après de longues négociations au sujet des indemnisations, Hünibach fut rattaché à Hilterfingen en 1958.

H. doit sa renommée au sanatorium inauguré en 1895 à Schwendi avec le soutien de la Société bernoise des établissements de soins aux tuberculeux. Dès 1912, fort de son succès, le sanatorium s'agrandit progressivement (pavillon des enfants, maison des hommes); il s'adjoignit une exploitation agricole et une filiale pour enfants à Saanen (Solsana, 1946-1968). Dès 1960, il se spécialisa dans le traitement de l'asthme. Rénové en 1976, il devint la clinique bernoise d'altitude de H. (traitement de l'asthme, convalescence pour malades du cœur). Pour la commune de montagne qui l'accueillait, son ouverture marqua le début de temps nouveaux, notamment grâce à l'aménagement de la route carrossable pour Thoune (par Goldiwil) en 1895, avec des trajets assurés par une diligence dès 1896 et par un car postal dès 1918. Les premières excursions organisées sur le lac de Thoune datent de 1919. L'électricité fut installée en 1904. Dès 1902, les hôtels, auberges et pensions se multiplièrent, dans des bâtiments anciens ou nouveaux. Ces établissements étaient gérés par des indigènes ou par des employés du sanatorium. La généralisation des mesures de prévention dans les années 1920 et la création de la Ligue bernoise contre la tuberculose en 1930 entraînèrent une longue crise de l'hôtellerie et de la parahôtellerie locales: les hôtes, craignant la contagion, évitèrent la station jusqu'à ce que la tuberculose soit éradiquée. L'office du tourisme fut créé en 1933. Actuellement, H. compte quatre hôtels et de nombreux appartements de vacances; la clinique est l'employeur le plus important. La commune partage la responsabilité de l'école secondaire avec Hilterfingen depuis 1920. Pour éviter la spéculation foncière, elle acquit un terrain en 1976, le lotit (quartier de Halten) et réserva la vente des parcelles à ses propres contribuables désireux de construire. Le centre thérapeutique chrétien de Sonnegg, pour jeunes toxicomanes, ouvrit en 1981.


Bibliographie
– E. Heimann, Chronik von Heiligenschwendi, 1285-1985, 1985
– R. Buser, U. Schneeberger, Bauinventar der Gemeinde Heiligenschwendi, 2004

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA