Eriz

Comm. BE., distr. de Thoune. Vaste commune montagnarde au nord du lac de Thoune, limitée au sud par la Zulg, sur les versants sud du Honegg et ouest du Hohgant. Habitat dispersé, réparti entre l'Ausser-E. (Äppenschwendi, Bühl, Kapfern, Losenegg) et l'Inner-E. (Halten, Niedermatt, Linden, dit le Dörfli ("petit village"), Bieten, Scheidzaun); appartenant à la paroisse de Schwarzenegg. 1320 Erarze. 313 hab. en 1764, 642 en 1850, 609 en 1900, 663 en 1950, 502 en 2000.

Au Moyen Age, E. relevait de la seigneurie de Heimberg. Au XIVe s., les forêts qui s'étendent de la vallée de la Zulg jusqu'au Schallenberg appartenaient aux comtes de Kibourg. En 1344, les hautes futaies d'E. avaient déjà été considérablement déboisées sans autorisation; Berne s'engagea à protéger ce qu'il en restait jusqu'au Honegg et à l'Emme: les gens d'E. n'y auraient que les droits de pâture et d'affouage. Les alpages (Scheidzaun, Windbruch) sont mentionnés pour la première fois en 1335. En 1384, le territoire tomba aux mains de Berne et fut attribué à Steffisburg pour la basse justice, dans le bailliage de Thoune (distr. en 1803). Au spirituel, E. releva de Steffisburg jusqu'à la construction de l'église de Schwarzenegg en 1693. Lors de la création de la commune après 1834, le territoire situé sur la rive gauche de la Zulg (au revers ou ubac) fut rattaché à la commune de Horrenbach-Buchen (mais resta dans la paroisse de Schwarzenegg), avec laquelle E. avait formé une juridiction avant 1800. E. vit essentiellement de l'économie alpestre; aux XVIIe et XVIIIe s., les alpages appartenaient en grande partie à des patriciens bernois, qui confiaient leur exploitation à des vachers du cru; ceux-ci les acquirent progressivement après 1800. L'avènement de la fromagerie de plaine (Linden, 1866) permit de limiter l'estivage au jeune bétail et d'étaler la fabrication de fromage sur toute l'année. L'Etat se mit à reboiser dès 1864 une partie des pâturages sur les pentes du Honegg. L'accès de la commune depuis Schwarzenegg n'est devenu possible qu'avec l'ouverture d'une route carrossable en 1848; un sentier relie E. à Habkern par le col du Grünenberg. Aujourd'hui, les alpages privés, souvent liés à une exploitation permanente, l'emportent sur les alpages de corporations. Depuis 1980, quelques chalets font à nouveau du fromage. Nombre de paysans sont contraints de recourir à des métiers d'appoint. La sylviculture, le petit artisanat et le tourisme (remonte-pentes, maisons de vacances) fournissent des emplois. Bieten et Bühl offrent des écoles primaires; pour le secondaire, un accord a été conclu en 1949 avec Unterlangenegg.


Bibliographie
Eriz, 1981
– V. Stauber, Spuren der Küher auf der Alp, 1985

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / WW