25/05/2012 | communication | PDF | imprimer

Röthenbach im Emmental

Comm. BE, distr. de Signau, arrondissement administratif de l'Emmental. Située dans la vallée du Röthenbach, cette vaste commune inclut le village proprement dit et son église, les hameaux d'Oberei et de Niederei et, sur le Honegg, des fermes isolées et des forêts qui ont remplacé les pâturages exploités autrefois jusqu'à une altitude de 1546 m. La commune comporte neuf subdivisions politiques, appelées Güter, qui disposent chacune d'un conseil communal. 1148 Rochembac. 909 hab. en 1764, 1701 en 1850, 1525 en 1900, 1451 en 1950, 1262 en 2000.

1 - Prieuré et commune

La commune doit sa naissance au prieuré clunisien de R. La cellule fondée avant 1148, soit par le seigneur de Signau, soit par le prieuré de Rüeggisberg, dépendait de celui-ci qui n'y déléguait qu'un seul moine, le prieur. La seigneurie de R. englobait le territoire de la commune actuelle (délimitation établie vers 1404, puis en 1512), à l'exclusion de Niederei et d'Oberei qui, en 1356, relevaient encore de la paroisse de Steffisburg, de même que les forêts du Honegg qui appartenaient aux Kibourg-Thoune et passèrent à Berne en 1323, respectivement 1384. Selon un document de 1357, la seigneurie de R. était foncière, judiciaire et personnelle (serfs). La basse justice du prieur était aussi cour des fiefs (actes datant de 1427, 1440). Au prieur incombait la charge d'âmes de R.; à la fin du Moyen Age, les offices étaient célébrés dans l'église de Würzbrunnen sur les hauteurs de R., édifice dédié à saint Etienne et mentionné pour la première fois en 1275, reconstruit en 1494 suite à un incendie, et dans l'église priorale, dans la vallée. Celle-ci, consacrée à la Vierge, documentée en 1148, fut détruite entre 1540 et 1558; la construction de l'église actuelle remonte à 1905. Les hommes du prieur se plaignaient notamment de la pastorale insuffisante et de la redevance imposée pour l'église de pèlerinage de Würzbrunnen; le prieur déplorait que ses hommes refusent de s'acquitter de la dîme et des corvées. En 1484, le prieuré de R. et celui de Rüeggisberg furent incorporés au chapitre de Saint-Vincent de Berne. A la Réforme, les biens sécularisés du couvent de R. entrèrent, selon un registre de prébendes de 1544, dans les biens paroissiaux.

En 1427, suite à un conflit avec Eggiwil, les cinq domaines (Höfe) de R., Riffersegg, Martisegg, Rüegsegg et Fambach fixèrent les frontières des prairies exploités en commun, puis se les partagèrent en 1534. Sous la domination bernoise, au prix d'un déboisement des hautes futaies d'altitude, l'exploitation des alpages devint le fait des patriciens bernois (actes féodaux de 1525, 1595). L'économie de la vallée reposait surtout sur l'élevage bovin, la production de foin (pour nourrir en hiver les troupeaux des armaillis) et le flottage du bois. En 1562 et 1680 notamment, la commune réglementa dans son coutumier l'installation des étrangers; elle rendit obligatoire la participation des Güter à l'assemblée générale de la commune (règlement communal de 1739). L'extension des alpages et la consommation de bois entraînèrent une déforestation massive qui provoqua des crues, notamment celle qui toucha tout l'Emmental en 1837. Le Honegg bénéficia après 1850 d'un reboisement intensif. A la même époque, les fromageries de plaine supplantèrent celles d'alpage; certaines "montagnes" devinrent exploitables toute l'année. Grâce à la construction de routes vers Schüpbach (1830), Steffisburg, Schangnau, et le col de Schallenberg (1896-1900), les transports s'améliorèrent. Au début du XXIe s., l'élevage, la production laitière (avec estivage de bétail), l'exploitation du bois et le tourisme de randonnée caractérisent R.

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / DVU

2 - Bailliage

Après le premier achat de la seigneurie de Signau en 1399, Berne créa le bailliage (Amt) de R., lequel incluait R., Eggiwil (haute et basse justices) et probablement déjà Kurzenberg et Bucholterberg (basse justice seulement). Dans la seigneurie foncière (les cinq Höfe formant la Marche intérieure), le prieur n'exerçait la basse justice que sur ses hommes, alors que la Marche extérieure (Eggiwil et les habitants non dépendant du prieur) relevait de la juridiction du bailli bernois. Après le rachat définitif de la seigneurie de Signau en 1529 et sa transformation en bailliage (Landvogtei), Berne fit de R. la troisième basse juridiction de ce bailliage, incluant alors aussi Niederei et Oberei dans la Marche intérieure (1547, enregistrement d'amendes diverses). En 1803, R. et Eggiwil furent rattachés au bailliage (district) de Signau, tandis que Buchholterberg et Kurzenberg passèrent à celui de Konolfingen dont ils dépendaient déjà pour la haute justice.

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / DVU

Références bibliographiques

Sources imprimées
SDS BE, II/8
Bibliographie
– F. Häusler, Das Emmental im Staate Bern bis 1798, 2 vol., 1958-1968
Le district de Signau, 1991
HS, III/2, 695-706
– S. Brenner, Bauinventar der Gemeinde Röthenbach, Amtsbezirk Signau, 1993

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / DVU