Wattenwil

Comm. BE, distr. de Seftigen, arrondissement administratif de Thoune, dans le haut du Gürbetal, sur le flanc est du Gurnigel, comprenant les quartiers et cercles scolaires de W., Mettlen et Grundbach. Habitat dispersé. 1226 Watenwile. 983 hab. en 1764, 2300 en 1850, 1989 en 1900, 2357 en 1950, 2770 en 2000.

On a mis au jour des ossements avec des offrandes en bronze à Vorder Rain-Höstettli. Au Moyen Age, W. releva des comtes de Neuchâtel-Nidau, maîtres du landgraviat de Burgundia circa Ararim (rive gauche de l'Aar). Il fut vendu ou remis en gage, sans doute peu après l'assassinat de l'empereur Albert Ier en 1308, aux barons indigènes de Strättligen. A l'extinction de ces derniers (1349), il passa avec le reste de leur seigneurie aux seigneurs de Burgistein, puis fut partagé entre les héritiers de cette maison. Il n'y avait à W. ni château fort ni siège seigneurial, mais bien un gibet, lié à la haute justice; on suppose qu'il s'agissait du gibet de la partie supérieure du landgraviat (gibet dont les sources ne donnent pas l'emplacement). Lorsque la ville de Berne, après avoir acquis la bourgade kibourgeoise de Nidau (1376), éleva des prétentions sur le landgraviat (1388), le gibet de W. était aux mains de nobles ennemis, fidèles aux Kibourg. C'est pourquoi elle créa la juridiction concurrente de Seftigen, afin d'imposer sa domination sur les seigneuries de la rive gauche de l'Aar. En 1499 et 1516, Bartholomäus May, bourgeois de Berne, acquit W. avec la seigneurie de Strättligen. Son petit-fils Bendicht May le vendit en 1533 au bourgeois de Berne Reinhard von Wattenwyl auf Burgistein. Plusieurs ventes eurent lieu dès 1604, puis les villageois rachetèrent les droits de justice en 1641; en 1642, pour 1000 livres, ils les cédèrent, avec les revenus de la dîme des foins, à Berne, qui confia le tribunal de W. au banneret responsable de la juridiction de Seftigen.

La chapelle de W. fut jusqu'en 1659 une filiale de Thurnen, puis une paroisse fut fondée (avec un bénéfice pour le prédicant), dont la commune de Forst fit partie jusqu'en 1922. L'église actuelle date de 1683.

La localité souffrit des inondations de la Gürbe et de glissements de terrain. Les travaux réalisés depuis le XIXe s. n'ont pas totalement consolidé le fond de la vallée. Centre régional de la partie supérieure de la juridiction de Seftigen, puis de la partie ouest du district de Thoune, W. est depuis le XVe s. un marché, avec commerce du bétail. Au XXIe s. encore, le Wattenwil-Märit, en octobre, est une foire annuelle réputée. Neuf communes profitent des infrastructures centralisées à W., comme l'hôpital de district fondé en 1887, qui sert d'EMS depuis 2011, et l'école secondaire ouverte en 1902. La sylviculture, l'élevage (trois fromageries), la céréaliculture (dans le fond de la vallée) fournissent des emplois, ainsi que le secteur secondaire (zinguerie, charpenterie, bâtiment). En 2000, 59% de la population active travaillaient à l'extérieur, dans les agglomérations de Thoune et de Berne.


Bibliographie
– R. Studer, 300 Jahre Kirche Wattenwil, 1683-1983, [1983]
– L. Kappeler et al., Wattenwil, Zentrumsgemeinde im oberen Gürbetal, [2000]
– E. Schneeberger, Bauinventar der Gemeinde Wattenwil, 2005
– A.-M. Dubler, «Die Region Thun-Oberhofen auf ihrem Weg in den bernischen Staat (1384-1803)», in AHVB, 90, 2013, 158-217

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / PM