Mühlethurnen

Comm. BE, distr. de Seftigen, sur le flanc du Längenberg dans la vallée de la Gürbe, qui comprend le village, les hameaux de Mühlebach et Pontel-Freudberg ainsi que des fermes isolées. 231 hab. en 1764, 642 en 1850, 648 en 1900, 700 en 1950, 1290 en 2000. Au XIVe s., la famille von Blankenburg, bourgeoise de Berne, possédait des biens à M. et à Kirchenthurnen; elle fit don de fermes et de droits de juridiction au couvent d'Interlaken en 1343 et 1362. Lors de la sécularisation du monastère (1528), l'ensemble revint à Berne, qui remit l'administration de M., Kaufdorf, Kirchenthurnen, Lohnstorf et Rüti au banneret de la juridiction de Seftigen (juridiction de Thurnen, de M. au XVIIIe s.). Au spirituel, M. relevait de la paroisse de Thurnen. Grâce à la correction de la Gürbe (1855-1911) et au remaniement parcellaire (1942-1951), M. gagna des terres arables (agriculture, notamment choux) dans la vallée qui, auparavant, n'offrait que des pâturages. Dans les années 1970, grâce à la ligne du Gürbetal (gare à Thurnen en 1901), la situation favorable du lieu commença à attirer de plus en plus de résidents (quartiers de villas familiales sur le versant et dans la vallée) et d'activité immobilière. M. devint un centre de commerce agricole régional (coopérative agricole régionale Landi, production de choucroute et petite industrie); en 2000, près des trois quarts de la population active travaillaient cependant dans les agglomérations de Berne et de Thoune. M. forme avec Lohnstorf une commune scolaire. L'école secondaire, fondée en 1871, fut déplacée à Riggisberg en 1912.


Bibliographie
– H. Egger, Die Gürbe und ihr Tal, 1958
– P. Bannwart, Bauinventar der Gemeinde Mühlethurnen, 2002

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / FP