Sentinelle, La

Journal fondé en 1890 par les organisations ouvrières neuchâteloises, La Sentinelle eut pendant plusieurs années une parution irrégulière, interrompue à plusieurs reprises. En 1912, elle devint un quotidien socialiste, imprimé à La Chaux-de-Fonds par l'Imprimerie coopérative. Elle bénéficia du soutien des socialistes du canton de Neuchâtel et du Jura francophone et publia les articles de personnalités comme Charles Naine et Ernest Paul Graber dont la plume pacifiste, antimilitariste, anticommuniste, antifasciste et polémiste détermina l'orientation et le succès du journal jusqu'aux années 1950. De 1939 à 1945, le contrôle de la presse intervint contre ce quotidien qui attaquait l'Allemagne, dénonçant les persécutions en Europe. Les difficultés financières entraînèrent une fusion en 1966 avec Le Peuple, né en 1939, quotidien des socialistes vaudois et genevois. Dirigé par René Meylan dès 1963, Le Peuple - La Sentinelle cessa de paraître en 1971.


Bibliographie
– R. Meylan, Sentinelle toujours vivante, 1975 (recueil d'articles)
– M. Perrenoud, «"La Sentinelle" sous surveillance», in RSH, 37, 1987, 137-168

Auteur(e): Marc Perrenoud