Kirchdorf (BE)

Comm. BE, distr. de Seftigen. Comprenant le village de K., des hameaux et des fermes, située sur une terrasse surplombant les vallées de l'Aar et de la Gürbe, elle déborde sur celles-ci et touche le lac de Gerzensee. Gelterfingen, Jaberg, Kienersrüti, Mühledorf, Noflen, Uttigen et K. forment la paroisse de K. 1228 Chilthorf. 326 hab. en 1764, 679 en 1850, 710 en 1880, 605 en 1900, 589 en 1930, 640 en 1950, 535 en 1960, 819 en 2000. Tombes de La Tène vers l'église et le cimetière, d'autres non datées sur la route de Noflen et fortification en terre dans la forêt de Gestelen. Au Moyen Age, la région appartenait à divers seigneurs combourgeois de Berne (les Kramburg, Sigriswil, Bennenwil, etc.). Par achat ou donation de fermes détenant des droits de justice, K. passa à des institutions religieuses (couvent d'Interlaken en 1250 et 1305, les hôpitaux de l'Isle et du bas, tous deux à Berne, en 1354 et 1414), jusqu'à ce que Jakob von Wattenwyl réunisse l'ensemble de ces droits en une seigneurie en 1507-1508. A la suite de changements de propriétaires au XVIIe s., les communiers acquirent la seigneurie en 1645 et la vendirent à la ville de Berne pour mille livres. K. fut le siège de l'un des quatre tribunaux du banneret dans la juridiction de Seftigen (coutumier en 1645). L'église Saint-Ours, attestée pour la première fois en 1228, fut reconstruite après un incendie en 1872-1874; la paroisse englobait divers villages, dont Uttigen à partir du XVIe s.; Seftigen s'en détacha en 1664. Le patronage passa à des familles bourgeoises de Berne (Bennenwil, Krauchtal et d'Erlach), puis à Berne en 1579. L'agriculture, l'artisanat et le commerce ont constitué de tout temps l'activité du village de K., lieu de passage entre l'Emmental et Schwarzenburg. La population augmente et la construction se développe depuis les années 1970. L'agriculture (cultures, arboriculture et cultures maraîchères, économie laitière), le petit commerce et l'artisanat, les gravières et une décharge publique régionale offrent des emplois, mais près des deux tiers de la population active travaillaient à l'extérieur en 2000. K. compte plusieurs bâtiments historiques: la tour des Prisons (Käfigturm, XVIIe s.) abrite les archives de la commune, l'ancien grenier public (construit vers 1700) est utilisé pour la formation, les maisons de maître Schlössli ("petit château", construit en 1646) et Winkel (1668). La fondation Tannacker a aussi installé à K. l'une de ses communautés de vie et de travail pour handicapés.


Bibliographie
– H. Egger, Die Gürbe und ihr Tal, 1958
– Th. Hurschler Bauinventar der Gemeinde Kirchdorf, 2009

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / AN