No 1

Sauerbruch, Ferdinand

naissance 3.7.1875 à Barmen (auj. Wuppertal), décès 2.7.1951 à Berlin, prot., Allemand. Fils de Ferdinand, employé technique et commercial d'une draperie, et d'Helene Hammerschmidt. ∞ 1) 1908 Adeline Schulz, 2) 1939 Margot Grossmann. Doctorat en médecine à Leipzig (1902), assistant (1903) et privat-docent (1905) à Breslau, médecin assistant (1905) et médecin-chef à Greifswald (1906), professeur extraordinaire (1908) à Marbourg. Professeur ordinaire et directeur de la clinique chirurgicale de l'hôpital cantonal de Zurich (1910-1918); pionnier de la chirurgie pulmonaire, S. opéra souvent dans les sanatoriums de Davos. L'injonction de soutenir moralement le nationalisme germanique qu'il adressa en 1915 à ses assistants suisses le mit en conflit avec ces derniers. Professeur ordinaire à Munich dès 1918, puis à la Charité de Berlin de 1927 à 1949. Chirurgien le plus influent d'Allemagne, S. poursuivit sa carrière sous le national-socialisme sans être inquiété et connut une réputation internationale. Il participa à l'organisation des missions médicales suisses sur le front de l'Est (1941-1943).


Bibliographie
– W. Genschorek, Ferdinand Sauerbruch, 71987
– Ch. Mörgeli, «Der Sauerbruch-Skandal von 1915», in Revue suisse de médecine Praxis, 77, 1988, 123-127

Auteur(e): Christoph Mörgeli / DVU