Jaberg

Comm. BE, distr. de Seftigen, sur les collines de la rive gauche de l'Aar, comprenant Hinter J. et Vorder J. L'enclave de Stoffelsrüti fut rattachée à Noflen en 1948. 1259 Jagberc. 116 hab. en 1764, 271 en 1850, 162 en 1900, 189 en 1930, 144 en 1950, 235 en 2000. Tumulus hallstattien à Hinter J., utilisé comme cimetière au haut Moyen Age; vestiges d'une enceinte circulaire en terre dans la forêt de J. Près du point où la route Emmental-Schwarzenburg franchit l'Aar (bac, pont dès 1835), il y avait un château fort en bois, détruit en 1286 par les Bernois, d'après Konrad Justinger. Contrairement à certaines suppositions, il ne s'agit pas de la Jagdburg (commune de Stocken-Höfen). Au XVe s., la basse justice appartenait aux seigneurs de Krauchthal; passée en 1427 aux Schleif, bourgeois de Berne, elle revint, sans doute au moment de la Réforme, à la ville de Berne qui, avant 1533, attribua J. à la juridiction de Gelterfingen (dite de Mühledorf au XVIIIe s.), administrée par le banneret dont relevait aussi la juridiction de Seftigen. Au spirituel, le village fait partie de la paroisse de Kirchdorf. La commune, autrefois agricole, abrite une gravière et une déchetterie régionale; elle a connu depuis les années 1970 un certain essor immobilier (Fliederweg, Auetliweg, Burgacker). En 2000, près des quatre cinquièmes de la population active travaillaient à l'extérieur.


Bibliographie
Die Burgen und Schlösser der Schweiz, 10A, 1942, 114
– H.-U. Baumgartner, Bauinventar der Gemeinde Jaberg, 2002

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / UG