No 3

Golay, Paul

naissance 21.4.1877 au Sentier (comm. du Chenit), décès 22.6.1951 à Lausanne, prot., du Chenit. Fils d'Auguste-Lindolphe, ouvrier horloger, et de Julie, née G. ∞ Marie-Ida Etter. G. a été marqué dans son enfance par l'esprit de l'Eglise libre, dont il se détache pour adhérer par étapes aux idées socialistes. Ecole normale. Instituteur pendant quatorze ans, à Rovray et à Clarens (comm. Montreux). Suite à la scission qui aboutit à la création du parti ouvrier socialiste vaudois, il démissionne de son poste et devient en 1910 directeur du journal Le Grutléen. En 1917-1918, il dirige L'Aube, revue pacifiste. Puis il sera rédacteur au Droit du Peuple et au Peuple. Parallèlement, il assure son indépendance financière comme conseiller juridique et défenseur pénal, souvent au service des déshérités. Auteur de milliers d'articles pourfendant les injustices, polémiste cinglant à la plume redoutable, G. est aussi un orateur caustique et chaleureux. Conseiller communal (législatif) à Lausanne (1914-1945), député au Grand Conseil vaudois (1917-1951) et conseiller national (1925-1942), G. a cependant toujours, par esprit d'indépendance, refusé d'entrer dans un exécutif. D'abord proche des communistes et remarqué par Lénine, se situant à l'extrême-gauche du parti ouvrier socialiste vaudois, G. reste fidèle au parti socialiste suisse lors de la scission nicoliste (partisans de Léon Nicole) de 1939 et dénonce avec véhémence le pacte germano-soviétique. G. incarne un socialisme idéaliste, humaniste, pacifiste et libertaire, resté proche des quarante-huitards et de Jean Jaurès. Il est considéré comme l'une des plus grandes figures du socialisme vaudois.


Oeuvres
– P. Golay, Terre de Justice, 1951
Bibliographie
– M. Cambrosio, Paul Golay et les débuts du POSL, mém. lic. Lausanne, 1994
– M. Cambrosio, «Paul Golay: le journalisme comme moyen de lutte», in Mémoire vive, 5, 1996, 65-69
– P. Jeanneret, «La pensée politique de Paul Golay», in Les Constitutions vaudoises (1803-2003), 2003, 377-398

Auteur(e): Pierre Jeanneret