No 1

Mohler, Armin

naissance 12.4.1920 à Bâle, décès 4.7.2003 à Ottobrunn (Bavière), sans confession, de Bâle et Kilchberg (BL). Fils d'Ernst, employé CFF, et de Frieda Maria Weingartner. ∞ 1949 Edith Weiland. Scolarité à Bâle, études d'histoire de l'art, de germanistique et de philosophie à Bâle (dès 1938). Au service militaire en 1940, M. déserta en 1942, demanda son incorporation aux Waffen-SS ou à la Wehrmacht et fut emprisonné à son retour en Suisse, fin 1942. Doctorat en philosophie auprès de Hermann Schmalenbach et Karl Jaspers (1949). Secrétaire particulier d'Ernst Jünger (1949-1953). Correspondant à Paris notamment pour Die Tat et Die Zeit (1953-1961). Secrétaire (1961), puis administrateur de la Fondation Carl Friedrich von Siemens (1964-1985). Habilitation en 1967, privat-docent à l'université d'Innsbruck. M. travailla pour Franz Josef Strauss, ministre-président de Bavière, et pour Alain de Benoist, néofasciste français; il était considéré comme l'un des rares penseurs de droite en Allemagne. M. écrivit pour divers journaux et mensuels, polémiquant sans relâche contre l'ancrage occidental de la RFA, la perte des valeurs, le complexe de culpabilité lié au national-socialisme et la révolution sexuelle. Le concept central de son travail de doctorat La Révolution conservatrice en Allemagne (1950, 62005, trad. franç. 1993) permit à plusieurs Allemands de droite de revendiquer un passé apparemment sans tache. M. admit être fasciste en 1995. Prix Konrad Adenauer de la Fondation Allemagne en 1967.


Fonds d'archives
– Fonds, AfZ
Bibliographie
– T. Willms, Armin Mohler, 2004

Auteur(e): Nicolas Füzesi / DVU