Hotz-Linder-Agreement

Nom donné à l'accord oral informel passé en juillet 1951 entre les chefs de délégation Harold Linder (Etats-Unis) et Jean Hotz (Suisse) lors d'une entrevue visant à la réduction du commerce des produits stratégiques entre la Suisse et les pays de l'Est (Guerre froide). La Suisse, cédant à la pression américaine exercée depuis 1948, se soumit alors partiellement aux restrictions et interdictions imposées dans ce domaine à tous les membres de l'Otan par le CoCom (Comité de coordination pour le contrôle multilatéral des exportations). De sévères contrôles à l'exportation cantonnèrent les produits de la liste II à un "courant normal" d'échanges commerciaux, ne rapportant pas de profit et suivant les principes du commerce multilatéral. Pour les produits hautement stratégiques de la liste I cependant, les négociateurs suisses durent consentir à la réduction à un "courant essentiel", voire à la suppression pure et simple des exportations, ce qui constituait une entorse à la politique de neutralité. Craignant des mesures de rétorsion de la part des Etats-Unis, des entreprises suisses renoncèrent à exploiter les contingents consentis. La Suisse réussit toutefois à accroître ceux-ci de 8 à 35 millions pour les marchandises de première importance stratégique. Après une deuxième révision (1958) et un relâchement des exigences américaines (1969 et 1972), le CoCom connut un nouveau durcissement au début des années 1980, avec la proclamation de la loi martiale en Pologne et l'invasion de l'Afghanistan par l'Union soviétique. Il ne fut dissous qu'en 1994.


Sources imprimées
DDS, 16-21
Bibliographie
– A. Schaller, Schweizer Neutralität im West-Ost Handel, 1987

Auteur(e): Eric Flury-Dasen / VW