Saanen (commune)

Comm. BE, distr. de S., arrondissement administratif de l'Obersimmental-S., dans la haute vallée de la Sarine, comprenant le bourg de S. (chef-lieu du distr.), les villages de Gstaad, Schönried et Saanenmöser et de l'habitat dispersé (notamment le hameau d'Abländschen). 1228 Gissinay, 1340 Sanon, franç. Gessenay. 2939 hab. en 1764, 3629 en 1850, 3690 en 1900, 4899 en 1950, 6914 en 2000. Habitat fortifié, probablement de l'âge du Bronze sur le Cholis Grind. Au Moyen Age, plusieurs ouvrages de défense longeaient les chemins menant vers le Pays de Vaud et vers le Valais: le château fort de Kramburg (mentionné en 1331, site bâti), la tour de Schwabenried (XIe/XIIe s.) et celle de Schönried (vestiges conservés dans la maison no 349). Le village de S. était au Moyen Age le centre du pays de S. ou Gessenay et de la grande paroisse du même nom. Il fit partie dès 1803 du bailliage, puis district de S. Outre l'église Saint-Maurice mentionnée en 1228 (construction romane agrandie en 1444-1447, peintures murales de la seconde moitié du XVe s.), trois chapelles sont attestées: celles de la maladrerie, de Sainte-Anne (construite en 1511) et de Saint-Jean. La paroisse était desservie par cinq à six prêtres (un détenteur du bénéfice et des chapelains); Gsteig s'en détacha après 1500, Lauenen en 1522 et Abländschen en 1704. Les droits de patronage, que le comte de Gruyère avait remis en 1330 au prieuré de Rougemont, échurent en 1556 à Berne. Des onze petites communautés paysannes (Bäuerten) du territoire, S. (reconstruit après un incendie en 1575) et Gstaad, villages-rues, étaient les seules dont l'habitat n'était pas majoritairement dispersé. La population tirait son revenu du sommage, de l'élevage, des alpages et des forêts. Les activités artisanales et industrielles se concentrèrent à S., où se tenaient des marchés hebdomadaires et des foires annuelles; il y avait deux auberges à S. (Kleines Landhaus, Grosses Landhaus) et deux soustes médiévales, l'une à S. (XIVe s., noyau de la cure actuelle), l'autre à Gstaad-Bissen. La commune fut créée en 1833. La première route carrossable reliant Zweisimmen à S. remplaça en 1845 l'ancien chemin muletier et servit dès lors aux courses de la diligence postale. Le tourisme fit son apparition à S. et à Gstaad vers 1900. L'impulsion décisive fut donnée par l'arrivée du chemin de fer Montreux-Oberland bernois (MOB) en 1905. Après l'assainissement des marais (1944-1947), Saanenmöser et Schönried profitèrent également de l'essor touristique. Le développement de l'hôtellerie, puis de la parahôtellerie à partir de 1945, favorisa l'industrie locale, principalement le bâtiment. Appoint bienvenu durant la crise de l'entre-deux-guerres, le tissage à domicile, activité prospère, écoulait ses produits dans le point de vente du Heimatwerk à S. Au début du XXIe s., la compagnie des téléphériques Destination Gstaad SA, qui exploite une soixantaine de remontées mécaniques, était un employeur important de la région. La commune comptait onze écoles, dont une école secondaire, construite en 1867 (actuel complexe scolaire d'Ebnit), une caisse d'épargne et de crédit fondée en 1874 (Saanen Bank depuis 1980), une école de commerce fondée en 1908 (intégrée, en tant qu'école de commerce du Saanenland et du haut Simmental à celle de Thoune), et un hôpital de district, construit en 1905 (rattaché au réseau Spital STS SA). Un musée régional fut ouvert en 1999.


Bibliographie
Beiträge zur Heimatkunde der Landschaft Saanen, 1955
– R. Marti-Wehren, Im Saanenland, 21968
– A. von Grünigen, éd., Saanenland - Sonnenland, 1974
– F. Würsten, Führer durch die Mauritiuskirche in Saanen, 1990
– Th. Hurschler et al. Bauinventar der Gemeinde Saanen, 2012

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / LA