Kosovo

Région de l'Europe du Sud-Est faisant partie de l'Empire ottoman, le K. est partagé entre la Serbie et le Monténégro après les guerres balkaniques de 1912-1913. Avec la création, en 1918, du royaume des Serbes, Croates et Slovènes, l'ensemble de la province passe sous le contrôle de la Serbie. Région autonome au sein de la Fédération yougoslave dès 1945, le K. est placé sous l'autorité directe de la Serbie en 1989 (proclamation de l'état d'urgence). Son statut constitue une source de tensions entre la population albanaise majoritaire, réclamant la république, et les Serbes, revendiquant l'appartenance du territoire à la Serbie au nom de l'héritage historique. Durant la guerre, puis la décomposition de la Yougoslavie (1991-1999) la tension durcit. Le conflit entre l'armée fédérale (serbe) et les indépendantistes albanais se transforme en une crise régionale par l'afflux de réfugiés (estimés à 500 000 en mars 1999) dans les pays voisins (Macédoine, Albanie, Grèce). Depuis l'intervention militaire de l'Otan en février 1999, le K. est sous l'autorité des Nations unies (MINUK). Le parlement kosovar, élu au suffrage universel, nomme le président et le gouvernement.

La Suisse participe à la mission internationale par le biais d'experts au sein de la MINUK et de l'OSCE, par l'aide aux réfugiés dans les pays voisins, ainsi que par des opérations de déminage et la promotion des médias au K. Cette crise marque également une implication accrue de l'armée suisse dans le cadre d'une grande action internationale humanitaire en faveur de la paix. Une compagnie suisse (Swiss Company, SWISSCOY) composée de 220 militaires volontaires travaille dans le cadre de la mission de l'Otan en tant que compagnie de services. En 2005, le gouvernement helvétique se dit favorable à l'indépendance formelle du K. Débutant en 1965 (moins de 1000 travailleurs saisonniers), l'immigration croît fortement après 1988. Dès 1981, le mouvement politique kosovar se constitue en grande partie en Suisse et des leaders de l'UCK ("Armée de libération") y séjournent jusqu'en 2001. Au début du XXIe s., environ 200 000 Kosovars vivent en Suisse, soit un dizième du total des ressortissants du K. (en 1999, on comptait 145 000 résidents et 50 000 requérants d'asile). La communauté kosovare est désormais la deuxième communauté nationale, après l'italienne. Le 17 février 2008, le K. a déclaré son indépendance de la Serbie. Le Conseil fédéral a reconnu le nouvel Etat dix jours plus tard.


Bibliographie
Le Monde diplomatique, avril 1998; mai 1999
NZZ, 10.4.2001; 6.6.2006
Rapport 2005 sur l'engagement de la compagnie suisse (SWISSCOY) dans le cadre de la Kosovo Force multinationale (KFOR), 2006
Rapport sur la sécurité intérieure de la Suisse 2005, 2006

Auteur(e): Jasna Adler