28/07/2011 | communication | PDF | imprimer
No 1

Kristof, Agota

naissance 30.10.1935 à Czikvánd (Hongrie),décès 27.7.2011 à Neuchâtel, prot., Hongroise, de Gorgier (1963). Fille de Kalman, instituteur, et d'Antonia Turchànyi. ∞ 1) 1954 János Béri, 2) 1963 Jean-Pierre Baillod, photographe. Baccalauréat en Hongrie (1954), diplôme du séminaire de français moderne de Neuchâtel (1963). Réfugiée dans le canton de Neuchâtel en 1956, K. travaille d'abord en usine. Romancière de réputation mondiale, écrivant en français dès 1970, elle s'est fait connaître avec Le grand cahier (1986), La preuve (1988) et Le troisième mensonge (1991), trilogie traduite dans une trentaine de langues. Le ton de ses récits frappe par sa sécheresse voulue: une syntaxe minimaliste qui privilégie la simple juxtaposition des faits et met à nu la société dominée par des relations de force et de violence. Dans ce contexte, la littérature apparaît comme un exercice de survie. On lui doit aussi Hier (1995), qui reprend le motif omniprésent de l'exil, des pièces de théâtre et une autobiographie (L'Analphabète, 2004). Prix Gottfried Keller (2001) et prix Schiller suisse (2005).


Fonds d'archives
– Fonds, ALS
Bibliographie
– E. Bergkraut, Le continent K., [film], 1998 (DVD 2006)
– V. Petitpierre, D'un exil l'autre: les détours de l'écriture dans la trilogie romanesque d'Agota Kristof, 2000
L'Exil en Suisse de réfugiés célèbres, 2003, 352-372
Magazine littéraire, 2005, n° 439, 92-97
– E. Bergkraut, Agota Kristof, [DVD], 2006

Auteur(e): Roger Francillon