07/07/2011 | communication | PDF | imprimer | 

Sankt Stephan

Comm. BE, distr. de l'Obersimmental, arrondissement administratif de l'Obersimmental-Saanen. Vaste commune du Haut-Simmental, située dans le fond de la vallée de la Simme et dans celle du Fermelbach, comprenant des villages et des hameaux, ainsi que des forêts et alpages sur les versants de ces deux vallées. S. se compose des communautés paysannes (Bäuerten) de Ried (église), Häusern, Grodoey (administration communale), Matten, Fermel, Obersteg et Zu Hähligen. 1352 Sant Stephan, ancien nom franç. Saint-Etienne. 840 hab. en 1764, 1454 en 1850, 1403 en 1900, 1293 en 1950, 1381 en 2000. L'ancien domaine royal burgonde de Matten, offert en 994 au couvent alsacien de Seltz, indique que S. se trouvait sur la route conduisant vers les cols du Valais. Au Moyen Age, le territoire communal faisait partie de la seigneurie de Mannenberg, plus précisément de l'alleu des barons de Rarogne, administré dans leur seigneurie de Mannenberg-Reichenstein. En 1456, il passa aux seigneurs de Bubenberg, puis en 1494 à Berne (châtellenie du Haut-Simmental). L'ancienne chapelle de pèlerinage Saint-Etienne, construite au haut Moyen Age, agrandie aux XIIe et XVe s., est ornée de peintures murales et de plafonds à bas-reliefs. Elle était filiale de l'église de Zweisimmen, dépendait comme elle de la prévôté d'Interlaken (à partir de 1335) et avait son propre prêtre. Malgré l'autorisation octroyée en 1430, puis en 1433 par le pape et par le concile de Bâle, le chapitre refusa jusqu'en 1525 d'accéder au vœu de la population de constituer une paroisse indépendante. L'adoption de la Réforme en 1528 ne se fit pas sans résistance. Après avoir assuré son approvisionnement sur les marchés aux grains, au XVIe s., le village passa à l'élevage avec remue (engraissement, production de fromages d'alpage). Au début du XXIe s., la commune tire ses revenus de l'élevage, de l'exploitation des forêts et alpages (appartenant à des consortages), de l'industrie (bâtiment, gravières et fabriques de béton) et du tourisme (hôtellerie et parahôtellerie, pistes et remontées mécaniques intégrées au réseau de la région de Gstaad). Depuis 1912, une ligne ferroviaire relie S. à Zweisimmen. Un tiers des personnes actives sont des navetteurs qui se rendent à Zweisimmen ou à La Lenk. L'aérodrome militaire, construit durant la Deuxième Guerre mondiale (piste construite en 1944), fut abandonné à la fin des années 1990 après l'adoption du nouveau plan directeur de l'armée.


Bibliographie
Simmentaler Heimatbuch, 1938
– I. Ehrensperger-Katz, Kirche St. Stephan im Simmental des Berner Oberlandes, 1971
– P. Bannwart, Bauinventar der Gemeinde St. Stephan, 1997

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / LA