• <b>Adolf Ogi</b><br>Portrait de studio réalisé en 1995  © KEYSTONE / Martin Ruetsch.

No 1

Ogi, Adolf

naissance 18.7.1942 à Kandersteg, prot., de Kandersteg, bourgeois d'honneur de Kandersteg (1992) et de Fraubrunnen (1999). Fils d'Adolf, forestier, guide de montagne et professeur de ski, et d'Anna Wenger. ∞ 1972 Katharina Marti. Scolarité primaire à Kandersteg, école supérieure de commerce à La Neuveville (1958-1961), puis Swiss Mercantile School à Londres. Directeur de l'office du tourisme de Meiringen-Haslital (1963-1964). O. travailla pour la Fédération suisse de ski (1964-1981), dont il assuma la direction (1975-1981). Directeur général et membre du conseil d'administration de la Société Intersport (Schweiz) Holding AG (1981-1987). Vice-président du comité mondial et européen de la Fédération internationale de ski (1971-1983). Dès 1978, membre de l'UDC (président 1984-1987). Conseiller national (1979-1987), il siégea notamment dans la commission des affaires militaires de 1982 à 1987, qu'il présida de 1986 à 1987. Elu au Conseil fédéral en décembre 1987, il dirigea le Département des transports, des communications et de l'énergie (1988-1995), puis le Département militaire (1995-2000), appelé dès 1998 Département de la défense, de la protection de la population et des sports, et fut président de la Confédération en 1993 et en 2000. Il mena à bien l'accord sur le transit avec l'Union européenne, la révision de la loi sur l'aviation, l'introduction de l'article sur l'énergie dans la Constitution fédérale, la mise en place du programme Energie 2000; il créa l'Office fédéral de la communication, restructura les PTT et mit sur les rails le projet des nouvelles transversales ferroviaires alpines. Il combattit en vain l'initiative pour la protection des Alpes, acceptée par le peuple en 1994. A la tête du DMF, puis du DDPS, il proposa que la Suisse participe au Partenariat pour la paix lancé par l'Otan. Alors qu'il était conseiller fédéral, il fut très critiqué par l'aile nationaliste et conservatrice prépondérante au sein de son parti. Conseiller spécial de l'ONU pour le sport (2001-2007). Docteur honoris causa de l'université de Berne (2005). Major.

<b>Adolf Ogi</b><br>Portrait de studio réalisé en 1995  © KEYSTONE / Martin Ruetsch.<BR/>
Portrait de studio réalisé en 1995 © KEYSTONE / Martin Ruetsch.
(...)


Bibliographie
– H. Hubacher, Ogi - Macht und Ohmacht, 2001

Auteur(e): Christoph Zürcher / UG