19/03/2009 | communication | PDF | imprimer
No 2

Lepori, Giuseppe

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 2.6.1902 à Massagno,décès 6.9.1968 à Seravezza (Lucques), cath., d'Oggio (Lopagno, auj. comm. Capriasca). Fils de Giovanni, commerçant, conseiller municipal de Vezia, et de Chiara Fumasoli. ∞ Regina Strotmann, Allemande. Gymnase à Lugano, études de droit à Fribourg, licence en 1925; séjour linguistique à Munich. L. entra à la rédaction du Giornale del Popolo en 1926. Directeur de Popolo e Libertà de 1928 à 1935, il donna à l'organe du parti conservateur une ligne antifasciste, en accord avec ses convictions et celles de Giuseppe Cattori et don Francesco Alberti, avec lesquels il collabora étroitement. Dès sa jeunesse, il fut actif au sein d'associations estudiantines et catholiques; député au Grand Conseil tessinois (1927-1940) et conseiller municipal de Massagno (1928-1929). Avocat et notaire à Bellinzone dès 1935, il fut le vice-syndic de cette ville de 1936 à 1940; en 1936-1937, il dirigea la Guardia Luigi Rossi, l'association des jeunes conservateurs. En février 1940, L. entra au Conseil d'Etat, à la place d'Enrico Celio, élu au Conseil fédéral; il fut directeur des Départements de la police et de l'éducation jusqu'en 1947 lorsque, à la suite de l'alliance radicale-socialiste, il dut prendre la tête de celui de la justice et de l'intérieur. Président du parti conservateur démocratique tessinois (1945-1954). Après son élection au Conseil fédéral en 1954, il dirigea pendant cinq ans le Département des postes et des chemins de fer, et s'occupa notamment de la réglementation de la télévision et de la loi sur les chemins de fer de 1957. En 1959, une grave maladie l'obligea à démissionner (il aurait dû devenir président de la Confédération en 1960); après sa guérison, il enseigna le droit administratif tessinois à l'université de Fribourg (1960-1966) et fut consultant juridique du gouvernement du canton du Tessin. Sur le plan national, la maladie et un trop bref passage au Conseil fédéral empêchèrent L. de donner la pleine mesure de ses qualités d'homme d'Etat et de savant.


Bibliographie
Scritti di Giuseppe Lepori, 1978
– A. Lepori, éd., Giuseppe Lepori (1902-1968), 1988
– Altermatt, Conseil fédéral, 473-477

Auteur(e): Fabrizio Panzera / DW