23/01/2006 | communication | PDF | imprimer

Dielsdorf

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. ZH, chef-lieu du distr. du même nom, au pied est de la Lägeren, à l'entrée du Wehntal. 861 Theolvesthoruf. Env. 290 hab. en 1467, 466 en 1771, 642 en 1836, 674 en 1850, 734 en 1900, 1133 en 1950, 1556 en 1960, 4882 en 2000. Un groupe de neuf tombes du VIIe s. atteste la colonisation du village à cette époque. L'abbaye de Saint-Gall, qui y possédait des biens depuis 861, était le principal propriétaire foncier de D. au Moyen Age. Elle remit en gage le domaine (Kehlhof) de D. et les droits d'avouerie aux barons de Regensberg de 1276 à 1306. La basse justice fut transférée vers 1302 des Regensberg aux Habsbourg, qui acquirent la haute justice avec le landgraviat de Zurich en 1313. D. passa sous la souveraineté de Zurich avec la seigneurie de Regensberg en 1409 et releva du bailliage de Regensberg jusqu'en 1798.

Une église appartenant à l'abbaye de Saint-Gall est mentionnée en 861 déjà; on ne sait pas à qui elle était dédiée. La collation passa de Saint-Gall à Zurich peu avant 1551. Steinmaur fut une filiale de la paroisse de D. jusqu'en 1435 et Regensberg jusqu'en 1658 (avec résidence du pasteur). L'église, érigée au début du XVIe s., fut reconstruite en 1864-1866. Le premier coutumier connu date de 1556-1562, la limitation d'accès à la bourgeoisie de 1622. La commune, constituée en 1798, fut attribuée au district de Regensberg, puis en 1803 à celui de Bülach et en 1814 au bailliage (district dès 1831) de Regensberg. Elle demanda au Grand Conseil, en 1852 et 1867, de déplacer le chef-lieu du district à D., plus peuplé et mieux situé, ce qui n'advint qu'en 1870, après la victoire du mouvement démocratique sur les radicaux. Le district, qui prit le nom de son nouveau chef-lieu en 1871, comprenait vingt-trois communes de la vallée de la Glatt, du Furttal et du Wehntal. Affoltern bei Zürich s'en sépara en 1934 pour s'incorporer à la ville de Zurich.

Dans la seconde moitié du XVIIIe s., 35% des ménages de D., commune sise dans une zone traditionnellement vouée à la céréaliculture, tiraient tout ou partie de leurs revenus de l'artisanat, alors que l'industrie textile à domicile ne jouait qu'un rôle marginal. D. se trouvait sur l'ancienne route Zurich-Koblenz par le Wehntal (améliorée en 1842), en contrebas de Regensberg. La ligne ferroviaire Oberglatt-D. fut inaugurée en 1865, prolongée jusqu'à Niederweningen en 1891 et électrifiée en 1960 seulement. L'élévation de D. au rang de chef-lieu de district en fit un petit centre régional où s'installèrent des services comme l'administration, le tribunal et la prison du district, la préfecture, le marché et la foire au bétail hebdomadaires (depuis 1871), des banques, commerces, cabinets médicaux, un hospice (hôpital de district depuis 1895) et une imprimerie éditant un journal (1869). Le développement industriel demeura modeste au XIXe s. Ayant succédé à une teinturerie, la maison Dr. R. Maag AG - le plus gros employeur de la région - fabrique des engrais depuis 1878 et des produits phytosanitaires depuis 1895. La vaste étendue marécageuse située au nord-est du village fut en bonne partie assainie au XXe s. Après la Deuxième Guerre mondiale, le nombre des habitants a régulièrement augmenté, comme celui, relativement élevé, des emplois; D. fait partie de l'agglomération zurichoise depuis 1980, mais a conservé son autonomie de petit centre et son caractère villageois. L'église Saint-Paul a été édifiée en 1960-1962 pour les douze communes qu'englobe la paroisse catholique. Un centre équestre a été construit en 1972 et un centre sportif régional entre 1975 et 1982. L'arrivée de grandes entreprises de l'automobile, de l'imprimerie et de la photographie dans la zone industrielle à l'est du village créa des emplois et produisit un bilan positif des navetteurs.


Bibliographie
– H. Hedinger, Chronik der Gemeinde Dielsdorf, 1961
– G. Brunner, Dielsdorf, 100 Jahre Bezirkshauptort, 1971

Auteur(e): Ueli Müller / AN