Röstigraben

On entend par Röstigraben (barrière ou rideau de rösti, littéralement fossé de rösti[s], du nom d'une galette de pommes de terre d'origine suisse alémanique) l'opposition entre les parties alémanique et romande de la Suisse, toujours présente à l'état latent et qui ne cesse de se combiner avec différents thèmes politiques et culturels. L'origine de l'expression est obscure. L'image d'un fossé séparant les deux grandes régions du pays apparut dans les premiers mois de la Première Guerre mondiale et s'imposa désormais dans la perception des uns et des autres. L'opposition qu'elle exprimait existait déjà avant 1914, mais se renforça à ce moment du fait que les Romands prirent parti pour la France et les Alémaniques pour l'Allemagne. Ce fossé n'est dit "de rösti" apparemment que depuis les années 1970, époque où l'opposition fut montée en épingle par les médias (de plus en plus organisés par régions linguistiques) face à la perte de confiance dans le "miracle de la concordance" (après 1968), face à la crise économique (après 1973) et face aux répercussions du conflit jurassien.

La métaphore semble avoir acquis droit de cité d'abord en Suisse alémanique. Elle est utilisée, surtout par les journalistes, pour décrire des différences de comportement lors de votations (notamment dans la question européenne), mais aussi pour rendre compte de disparités culturelles historiques entre régions du Plateau. Elle n'a guère de puissance explicative, mais elle est suggestive, si bien que les médias ont forgé par analogie les expressions Polentagraben, Bratwurstgraben ou Läckerligraben (fossé de la polenta, de la saucisse à rôtir ou des läckerlis (pains d'épices), séparant le centre du Plateau alémanique du Tessin, de la Suisse orientale ou de la région de Bâle).


Bibliographie
– Ch. Büchi, Mariage de raison, 2001 (all. 2000)
– Ch. Büchi, «"Röstigraben" - die Geschichte einer erfolgreichen Metapher», in RSAA, 60, 2003, 4-8
Rideau de rösti, cat. expo. Lausanne, 2006

Auteur(e): Georg Kreis / PM