05/01/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Meiringen

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. BE, distr. d'Oberhasli, qui s'étend sur 40 km² du fond de la vallée de l'Aar (altitude env. 600 m) jusqu'au col du Brünig (1375 m) sur la rive droite et au-delà des alpages jusqu'à la chaîne du Wellhorn (2961 m) sur la rive gauche. Elle comprend le village de M. dans la vallée, sur la route du col du Grimsel et du col du Susten, les anciens villages (actuelles fractions) de Sand, Stein, Eisenbolgen, Hausen, Balm, Unterbach et Unterheid, ainsi que le village de Brünigen sur le col du Brünig et les hameaux en terrasses de Prasti, Zaun et Wylerli. 1234 Magiringin. 964 hab. en 1764, 2358 en 1850, 3077 en 1900, 3640 en 1950, 4072 en 1980, 4803 en 2000.

Des vestiges du Wyghus, ouvrage défensif mentionné en 1333, ont été découverts à proximité de Wacht sur le col du Brünig. Dès le Moyen Age, M. fut le centre spirituel, politique et économique de la communauté de vallée (Talschaft). L'église Saint-Michel, attestée en 1234 (édifice actuel probablement du XVe s., transformé en 1683-1684), est bâtie environ cinq mètres au-dessus des constructions antérieures, détruites lors de crues torrentielles dont la première remonte au Xe, voire au IXe s. La paroisse comprenait à l'origine tout l'Oberhasli; avec la création, en 1713, de la paroisse protestante de Hasle im Grund, qui fut encore subdivisée par la suite, celle de M. atteignit son extension actuelle (partagée en trois ministères pastoraux: M., Hasliberg et Schattenhalb). Le patronage, cédé en 1234 par le roi des Romains Henri VII aux lazarites de Seedorf (UR), fut acquis en 1272 par le couvent d'Interlaken et échut à Berne à la Réforme (1528). Une chapelle pour la messe du matin fut élevée en 1486, avec un ossuaire, et servit d'arsenal après 1528; l'église anglicane fut érigée vers 1880, l'église catholique du Bon-Pasteur en 1931.

M. a toujours été un chef-lieu politique: de la communauté de vallée, du bailliage impérial du Hasli (jusqu'en 1334), du bailliage bernois d'Oberhasli (jusqu'en 1798), du district d'Oberhasli dans le canton de l'Oberland (1798-1803), enfin du bailliage (Oberamt), puis du district du même nom dans le canton de Berne (depuis 1803). Les fonctionnaires royaux des XIIIe et XIVe s. résidaient au village; la tour des Rudenz est citée en 1363, celle des Resti se trouve sur l'ancien chemin muletier du Grimsel (Restiturm). La landsgemeinde se réunissait également dans le village tandis que le tribunal se tenait dans la Kreuzgasse devant le cimetière et, après 1500, dans la maison communale (Landhaus), centre de l'administration régionale (avec salle d'audience et auberge). L'actuel hôtel de ville abrite l'administration bernoise du district; le tribunal siège à Interlaken.

M. était le seul marché de la vallée, d'abord annuel (mentionné en 1417), puis hebdomadaire à partir de 1490. Des marchands de la plaine et de Lombardie y achetaient des produits d'exportation locaux (bétail, chevaux, fromage). Au XVIIe s., on augmenta à quatre le nombre de marchés au bétail annuels. Au pied du Brünig, du Grimsel, du Susten et du Joch, M. était le lieu de transbordement du commerce de transit entre la plaine et les cols: de Brienz partait le service de transport officiel des charretiers locaux; à M., les marchandises étaient transbordées sur des mulets. La souste devint un entrepôt officiel en 1732. Jusqu'au XIXe s., le principal revenu demeura, comme dans tout l'Oberhasli, l'élevage avec remue. A l'origine, il existait six communautés paysannes (Bäuerten) avec leurs villages et leurs habitats dispersés.

Au XVIe s., les crues de l'Aar commencèrent à inonder la plaine; dans les années 1550, elles ravagèrent les villages de Balm et de Bürglen (les plus anciennes fonderies de fer indigène), qui furent abandonnés; Unterheid tomba en ruine en 1762 en raison du changement du cours de l'Aar (plus tard rebâti). En 1734, un mur de protection fut construit le long de l'Alpbach, mais seule la correction des eaux de l'Aar permit de remédier véritablement à la situation (1866-1880).

La croissance démographique après 1800 provoqua, malgré l'industrie à domicile (travail du bois), un appauvrissement qui entraîna une émigration massive de la populaiton, principalement vers l'Amérique. Dès 1880, le tourisme ouvrit la voie à un nouvel essor, faisant de M. un lieu de villégiature pour les étrangers et une plaque tournante du trafic touristique. La route du Brünig fut aménagée entre 1859 et 1861, celle du Grimsel par étapes entre 1847 et 1894 et celle du Susten entre 1939 et 1946; la ligne de chemin de fer du Brünig fut exploitée à partir de 1888. En 1913, le village, restauré et reconstruit après les incendies de 1879 et 1891, comptait dix-huit hôtels et 500 lits. Lors de la crise hôtelière (guerres mondiales), on créa des emplois fédéraux (aérodrome militaire d'Unterbach, arsenal, dépôt CFF), et des postes aux Forces motrices de l'Oberhasli SA, dans l'industrie (bois, bâtiment, restauration) ainsi que dans le domaine hospitalier. Une clinique psychiatrique privée accueillit en 1919 ses premiers patients. Le tourisme de passage s'accrut dès 1950. La commune dispose de quatre bâtiments scolaires, d'une école secondaire (1871), d'un hôpital de district (1891, partie du groupe hospitalier fmi ag depuis 1999) et d'une usine électrique (1888). Le musée régional a été inauguré en 1968, le Musée Sherlock Holmes en 1991.


Bibliographie
– G. Kurz, Ch. Lerch, Geschichte der Landschaft Hasli, éd. A. Würgler, 1979
– U. Maurer, D. Wolf, Bauinventar der Gemeinde Meiringen, 1999

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / FP