12/07/2012 | communication | PDF | imprimer | 

Hautes écoles spécialisées

Entre 1996 et 2003, les écoles techniques supérieures (ETS), les hautes écoles d'économie et d'administration et les écoles d'arts appliqués furent transformées en hautes écoles spécialisées (HES), selon un modèle allemand. Au nombre de sept, mises en réseau et soumises à un règlement fédéral, elles acceptent, en principe sans examen d'entrée, les titulaires d'une maturité professionnelle.

Dès le milieu des années 1980 se manifesta, notamment au technicum de Winterthour, une forte volonté d'améliorer et d'élargir les voies de la formation professionnelle dispensée par les ETS. A l'initiative de la Confédération, qui reconnaissait près de 240 formations dans les domaines de la technique, de l'économie, de l'agriculture et des arts appliqués, une réforme nationale fut mise en place. En même temps, il s'agissait d'intégrer les différentes écoles spécialisées cantonales (pédagogiques, sociales, d'arts appliqués et de soins infirmiers). Les Chambres acceptèrent en 1995 la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées. Une commission fédérale des hautes écoles spécialisées fut créée en 1996. A sa demande, mais contre l'avis de certains gouvernements cantonaux, la Confédération décida en 1998 que seules sept hautes écoles verraient le jour. Par conséquent, de nombreuses écoles eurent à fusionner avant 2003, pour former les HES de Suisse occidentale, de Berne-Mittelland, de Suisse centrale, du Tessin, de Suisse orientale, de Zurich et de la Suisse du Nord-Ouest. Ces nouvelles institutions doivent être "égales en droit et pourtant différentes", par rapport aux universités et aux écoles polytechniques fédérales (EPF), auxquelles une perméabilité maximale doit être offerte. A moyen terme, il s'agit de mettre en réseau tous les lieux de formation tertiaire en réunissant la formation, la recherche et la technologie dans une "haute école suisse" unique; le Parlement a accordé en automne 1999 les crédits d'investissement nécessaires. Les HES sont financées pour deux tiers par les cantons et pour un tiers par la Confédération. Selon leur contrat de prestation, elles doivent non seulement former des étudiants, mais sont aussi appelées à effectuer de la recherche appliquée (Recherche scientifique), en visant un transfert de technologie vers les petites et moyennes entreprises, et à proposer une formation postgrade (Education des adultes). En 2003, le Conseil fédéral décida quelles écoles avaient droit au titre de "haute école spécialisée"; il leur accorda en 2004 une autorisation d'exploitation illimitée qui confirme leur statut d'établissement supérieur.


Bibliographie
– K. Weber et al. Différentes, mais de même valeur?: de l'évolution des hautes écoles spécialisées suisses, 2010

Auteur(e): Walter Hagenbüchle / LD