No 3

Ilg, Paul

naissance 14.3.1875 à Salenstein,décès 15.6.1957 à Romanshorn, prot., de Salenstein. Fils illégitime de Maria I., fille de paysans très modestes et ouvrière d'usine. ∞ 1) 1918 Elfriede Immelmann, 2) 1930 Elise Hausammann. Apprentissages de serrurier, de cuisinier (interrompus) et d'employé de commerce à Neuchâtel. I. exerça plusieurs métiers dans le domaine commercial, tout en faisant ses débuts littéraires. Secrétaire à l'Exposition nationale de Genève (1896). Rédacteur de la Berliner Woche (sur recommandation de Ludwig Binswanger) de 1902 à 1904, puis écrivain indépendant à Berlin, il revint en Suisse en 1914, mais fera encore de nombreux séjours prolongés en Allemagne. Les œuvres les plus convaincantes de cet autodidacte sont des romans d'éducation qui décrivent sa jeunesse et son tour de compagnon dans le style de Zola et dans un esprit rationaliste et négatif (Das Menschlein Matthias, Die Brüder Moor, Lebensdrang, Der Landstörtzer, 1906-1913). Son roman L'homme fort (1917, all. 1916), qui fait la caricature d'un militariste suisse, fut mal reçu dans le pays. Probus (1922, sur l'aviateur Oskar Bider) et Sommer auf Salagnon (1937) connurent par contre un énorme succès.


Oeuvres
Der starke Mann, 1981 (rééd. avec postface de M. Stern)
Bibliographie
– Killy, Literaturlex., 6, 36
– M. Bosch, «Paul Ilg», in Bohème am Bodensee, 1997, 352-357

Auteur(e): Franziska Meister, Charles Linsmayer / LD