12/07/2007 | communication | PDF | imprimer

Glattfelden

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. ZH, distr. de Bülach, comprenant le village de G., sur le cours inférieur de la Glatt, les localités de Zweidlen, Schachen et Rheinsfelden, ainsi que l'enclave de Neuhaus. 1130 Glatevelden. 593 hab. en 1634, 634 en 1771, 1098 en 1836, 1247 en 1850, 1756 en 1880, 1584 en 1900, 2209 en 1950, 3544 en 2000.

Tombe à urne du Bronze final près de la gare de G., tours de guet romaines du IVe s. à l'embouchure de la Glatt à Rheinsfelden. Au Moyen Age, les seigneurs de Rheinsfelden (attestés depuis 1310) possédaient dans cette localité un château fort dont une partie appartenait en 1398 aux comtes de Habsbourg-Laufenburg, l'autre à l'évêque de Constance, qui la fit raser en 1410 pour empêcher sa vente à Zurich. A proximité se trouvait la chapelle Saint-Nicolas, appartenant à l'origine au couvent de Rheinau, désaffectée vers 1539. Les seigneurs de G., attestés de 1130 à 1396, étaient ministériaux des barons de Tengen, qui détenaient la basse justice au Moyen Age; celle-ci passa à Zurich en 1496, avec la seigneurie d'Eglisau. Des Habsbourg-Laufenburg, la haute justice passa à Zurich en 1424 (définitivement en 1452), avec le comté de Kibourg. A l'exception de Schachen (relevant du Neuamt depuis 1442), G. fit partie du bailliage d'Eglisau jusqu'en 1798, mais la haute justice était confiée au bailli de Kibourg et ne fut cédée à Eglisau qu'en 1678, à la demande des communiers. L'église, mentionnée à partir de 1275, dépendait de Hohentengen, mais était desservie par le clergé de Kaiserstuhl vers 1400. G. fut érigé en une paroisse (1421), qui incluait jusqu'en 1546 Seglingen et Tössriedern. La collature appartint à l'évêque de Constance, même après la Réforme, puis passa au canton de Zurich (1804). La limitation d'accès à la bourgeoisie date de 1526, le coutumier de 1657. La commune, créée en 1798 sur le territoire de la paroisse, fut incorporée à cette date au district helvétique de Bülach, au bailliage (Oberamt) d'Embrach (1814-1831), puis à nouveau au district de Bülach. Les communes civiles (Zivilgemeinden) de G. et Zweidlen, formées au début du XIXe s., furent dissoutes en 1917.

La céréaliculture et le vignoble (sur les flancs du Laubberg) dominaient au bas Moyen Age et à l'époque moderne; un moulin est attesté en 1254, une taverne en 1548. Un pont sur la Glatt, à proximité du village, fut construit en 1758 et un péage perçu jusqu'en 1835. La route cantonale Rorbas-Weiach date de 1840 environ, le raccordement à la ligne Winterthour-Koblenz des Chemins de fer du Nord-Est (haltes à G. et Zweidlen) de 1876. L'industrie textile sur la Glatt (filatures en 1855 et 1868, usine de tissage en 1867, retorderie en 1896) modifia profondément la structure de la population; en 1920, 60% de la population active travaillait dans l'industrie; le secteur tertiaire n'est devenu prépondérant (52% en 1995) qu'après la fermeture des usines textiles (1964-1983). La centrale électrique du Rhin, inaugurée en 1919, obligea à déplacer la localité de Rheinsfelden. Depuis 1960 environ, on exploite les gravières entre G. et Zweidlen. De nouveaux quartiers résidentiels ont été construits dans les années 1960 et 1980 au nord et à l'est du village. Une autoroute de contournement a été ouverte en 1978. G. est le lieu d'origine de Gottfried Keller, qui y séjourna souvent dans sa jeunesse et le décrivit dans Henri le Vert. Un centre culturel a été inauguré en l'honneur de l'écrivain en 1985.


Bibliographie
– A. Näf, Geschichte der Kirchgemeinde Glattfelden, 1863 (réimpr. 1985)
– H. Glattfelder, Glattfelden in alten Zeiten, 1971
Gottfried-Keller-Zentrum Glattfelden, 1985

Auteur(e): Ueli Müller / ME